Alain Jaspard, "Pleurer des rivières" chez Héloïse d’Ormesson | Livres Hebdo

Par Léopoldine Leblanc, le 17.07.2018 à 14h49 (mis à jour le 17.07.2018 à 15h00) Un premier roman par jour

Alain Jaspard, "Pleurer des rivières" chez Héloïse d’Ormesson

Alain Jaspard - Photo PHILIPPE MATSAS

Durant l’été, Livres Hebdo présente chaque jour un premier roman de la rentrée littéraire 2018. Dans Pleureur des rivières, à paraître chez Héloïse d’Ormesson le 23 août, le réalisateur Alain Jaspard dissèque la relation de deux couples unis par un désir d’enfant... et d’argent. 
 

Il est question de désir dès la première phrase du roman d’Alain Jaspard, Pleurer des rivières, à paraître chez Héloïse d’Ormesson le 23 août: "Il la couvrait de baisers, arrachait son fichu, dénouait sa natte, une cascade de boucles fauves dégringolait en ribambelles sur son dos, le vent s’en mêlait, chaleureux." Entre désir d’enfant et celui de s’en sortir, Alain Jaspard signe, à 78 ans, un premier roman audacieux inspiré par un fait divers et ses rencontres avec la communauté gitane.
 
Un huitième enfant est en route pour Frank et Mériem, couple installé sur l’aire des gens du voyage à Argenteuil. A la suite d’un énième plan douteux, Frank se retrouve sur le banc des accusés. Il y rencontre Julien, avocat commis d’office qui obtient sa relaxe. Rapidement, les deux hommes se découvrent une entente possible autour de leur difficulté. L’un est père d’une large tribu et à besoin d’argent, l’autre ne parvient pas à avoir d’enfant. Comble de la coïncidence, leur deux femmes se ressemblent physiquement de manière frappante. Un pacte unit alors les deux couples.
 
Réalisateur, Alain Jaspard a dédié une grande partie de sa carrière au public jeunesse. Il est à l’origine des adaptations pour la télévision en séries animées de livres comme  Tom-Tom et Nana de Jacqueline Cohen et Bernadette Després, Le Proverbe de Marcel Aymé, ou encore Les Contes de la rue Broca de Pierre Gripari.
 
close

S’abonner à #La Lettre