Ali Zamir, "Anguille sous roche", au Tripode | Livres Hebdo

Par Agathe Auproux, le 05.07.2016 à 12h33 (mis à jour le 05.07.2016 à 13h00) Un premier roman par jour

Ali Zamir, "Anguille sous roche", au Tripode

Ali Zamir - Photo LE TRIPODE

Tous les jours pendant l’été, Livres Hebdo présente un premier roman de la rentrée littéraire 2016. Aujourd'hui Anguille sous roche d'Ali Zamir.

Impossible de restituer la première phrase d’Anguille sous roche d’Ali Zamir puisque ce premier roman, à paraître le 1er septembre au Tripode, n’en contient qu'une seule. L’unique point final de l'ouvrage est celui qui marque la fin du récit au bout de 320 pages, au cours desquelles une femme, sur le point de se noyer dans l’océan Indien, se remémore son existence alors qu’elle lutte pour sa survie. Ce livre est comme son dernier souffle.
 
"En cette rentrée littéraire cette Anguille électrique est résolument une bonne pêche", écrit Sean James Rose qui signe l’avant-critique de ce premier roman singulier dans le Livres Hebdo du 3 juin. "Le jeune auteur comorien signe un soliloque élégiaque : une unique phrase, véritable houle verbale qui vous emporte dans son flot - et flow, comme dans le rap", explique-t-il.
 
Ali Zamir est né en 1987 à Mutsamudu (Comores). Grâce à l’obtention d'une bourse, il a étudié les lettres modernes à l'Université du Caire (Egypte), où il obtient un master en 2010. C’est en exil dans cette ville qu’il conçoit, entre 2009 et 2010, la première version du roman Anguille sous roche. Il est retourné vivre à Mutsamudu en 2001 et occupe depuis 2014 la fonction de directeur de la Culture et des Affaires associatives de l’île autonome d’Anjouan.

Le dossier Rentrée littéraire 2016 de Livres Hebdo, paru dans le numéro du 1er juillet, recense 66 premiers romans francophones et propose une analyse et bibliographie complètes des ouvrages à paraître entre août et octobre prochains.

close

S’abonner à #La Lettre