Cessions

Angoulême : le marché des droits sera dématérialisé

La page d'accueil de la plateforme numérique du Marché international des droits du Festival d'Angoulême - Photo FIBD

Angoulême : le marché des droits sera dématérialisé

Les organisateurs du Festival international de la bande dessinée lancent une plateforme numérique pour mettre en relation vendeurs et acquéreurs de licences.

J’achète l’article 1.50 €

Par Nicolas Turcev,
Créé le 12.01.2021 à 14h51,
Mis à jour le 13.01.2021 à 10h26

Le Festival international de la bande dessinée d'Angoulême (FIBD) lance une plateforme numérique gratuite de networking sur laquelle se tiendra le Marché international des droits (MID), dont Livres Hebdo est partenaire. Vendeurs et acquéreurs peuvent s'inscrire au service qui ouvrira le 27 janvier et restera disponible jusqu'au 27 juin. Ce dispositif a été pensé comme un trait d'union entre les deux temps de la manifestation : la révélation du palmarès le 29 janvier et l'événement physique décalé à la fin juin en raison de la pandémie de Covid-19. Plus de 30 territoires sont d'ores et déjà inscrits sur la plateforme.

Le site proposera aux vendeurs la mise en ligne de leurs catalogues et aux acheteurs une consultation guidée des collections. "Un système de filtres permet aux acquéreurs de choisir le type de cession qu'ils souhaitent (audiovisuelle, littéraire...), les thématiques ou bien le genre qu'ils recherchent", précise Marie Fabbri, responsable du marché des droits et des licences pour le FIBD. Producteurs, agents et éditeurs pourront également converser grâce à une messagerie personnelle et accéder à une palette de contenus liés au marché des licences et de la BD : vidéos, actualités, études...


Une solution temporaire

Les trois jours suivant son ouverture, la plateforme accueillera un cycle de conférences visant à analyser le bilan de l'année 2020 en bande dessinée. Les chiffres annuels du marché seront révélés le 28 janvier lors d'une présentation avec l'institut GFK. Le lendemain, le consortium Eudicom dévoilera les résultats de la première étude paneuropéenne sur l'état de la distribution d'e-comics en Europe. D'autres temps forts devraient être organisés d'ici le 27 juin, "peut-être des semaines thématiques ou des événements avec nos partenaires", suggère Marie Fabbri.

Une fois le Festival terminé, la plateforme a vocation à entrer en sommeil pour "revenir sur un système de temps fort" et "retrouver les rencontres physiques", explique Marie Fabbri. Mais elle devrait jouer un rôle complémentaire au Marché international des droits de 2022 dans la prise des rendez-vous et l'accès aux catalogues des éditeurs.

En 2020, le Marché international des droits avait accueilli des représentants de 35 pays et occasionné près d'un millier de rendez-vous en tête à tête entre vendeurs et acquéreurs de droits. Avec 3623 titres cédés à des éditeurs étrangers en 2019, le secteur de la bande dessinée représente 26,8% du total des cessions en France. À l’inverse, 20% de la production publiée en France en 2019 sont des œuvres étrangères traduites, majoritairement du japonais et de l’anglais.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités