Bibliothèque

Faire cesser les suppression de postes pour 2017-2018 et permettre à tous les vacataires qui le souhaitent de pouvoir travailler davantage. Parce que ces deux principales revendications n'ont pas été entendues par le ministère de la Culture, estime le syndicat Sud-Culture, celui-ci prévoit une nouvelle journée de mobilisation du personnel de la BNF samedi 18 juin.

"Nous avons voté jeudi, en assemblée générale, la reprise d'une nouvelle journée de grève, les négociations avec la direction n'ayant pas abouti", a annoncé Boris Ratel, co-secrétaire du syndicat Sud-Culture à la BNF.

Depuis le début du mois de mai, le syndicat dénonce la précarisation des conditions de travail au sein de l'établissement. Selon le syndicat, l'établissement du ministère de la Culture est celui qui cumule le plus de suppression de postes, "entre 10 et 15 %" d'après Boris Ratel.

"Il faut mettre fin à la politique de rigueur qui règne à la BNF. Nous demandons que les 14 suppressions de poste annuelles prévues pour 2017 et 2018 soient supprimées, et que tous ceux qui occupent des postes de vacation puissent tous pouvoir travailler 110 heures, contre 80 heures en moyenne, par mois, s'ils le souhaitent", ajoute Boris Ratel.

Les quatre dernières journées de grève avaient mobilisé une cinquantaine de grévistes, selon le syndicat.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités