Disparition

Décès du dessinateur Walter Spitzer, rescapé de la Shoah

Walter Spitzer dans son atelier parisien - Photo RF ÉDITION

Décès du dessinateur Walter Spitzer, rescapé de la Shoah

L'artiste a publié en 2004 un livre témoignage Sauvé par le dessin aux éditions Favre. Il raconte dans cet ouvrage son enfance, l'exil avec sa mère en 1940, son envoi en 1943 à un ghetto, sa vie dans un camp, son départ pour Buchenwal, mais également sa libération.

J’achète l’article 1.50 €

Par Dahlia Girgis,
Créé le 16.04.2021 à 17h02,
Mis à jour le 16.04.2021 à 18h00

L'artiste Walter Spitzer, rescapé de la Shoah, est décédé le 13 avril en raison du Covid-19. Il est l’auteur d’un livre témoignage Sauvé par le dessin aux éditions Favre, préfacé par le Prix Nobel de la paix Elie Wiesel et paru en 2004. L'auteur polonais se souvient de sa promesse en 1945 de témoigner par ses dessins des camps d'extermination. Il raconte dans cet ouvrage son enfance, l'exil avec sa mère en 1940, son envoi en 1943 à un ghetto, la liquidation du ghetto de la ville, l'évacuation du camp début 1945 et son départ pour Buchenwald, mais également sa libération.

Faute d’avoir pu ramener de déportation ses dessins, il les reproduit de mémoire. En 2005, il avait déclaré : "Je n’ai jamais pensé que les dessins que je faisais dans les camps étaient un acte de résistance. Je dessinais, tout simplement." Devant l’avancée des troupes soviétiques, il se retrouve en février 1945 au camp de Buchenwald. Walter est à ce moment protégé par l’organisation clandestine de Résistance qui le fait passer dans le "Grand camp" où il est enregistré comme électricien. En échange, ils l’engagent à témoigner par le dessin des épreuves subies, une fois la liberté retrouvée.

Né en 1927 en Pologne, Walter Spitzer dessine dès l’âge de quatre ans. Dès l’invasion de la Pologne, le 1er septembre 1939, il est persécuté au sein des ghettos et des camps de travail forcé. A la libération, il suit un ami rencontré dans un camp vers la France. Il y entame des études à l’École des Beaux-Arts de Paris. Il avait également témoigné de son expérience dans Les Auschwitz : témoignages avec Georges Snyders et Jacqueline Fleury, en 2012 chez Rodéo d'âme.

Le Mémorial de la Shoah qui salue la mémoire de "l'un des grands artistes de la mémoire de la Shoah" avait organisé une rencontre en 2018 intitulée : "Walter Spitzer, "L’alliance avec un peuple"" d’Andras Solymos, dans le cadre de la commémoration de la rafle du Vél’d’Hiv.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités