Edition

Du "109" au coeur d'une nouvelle collection chez Bouclard

Photo BOUCLARD

Du "109" au coeur d'une nouvelle collection chez Bouclard

Six mois après la publication de deux rééditions de l'œuvre de Roger Riffard dans la collection "Récidive", Bouclard consacre une collection littéraire dédiée aux jeunes talents.

J’achète l’article 1.50 €

Par Thomas Faidherbe,
Créé le 29.09.2021 à 14h52,
Mis à jour le 29.09.2021 à 15h00

Après avoir remis au goût du jour des ouvrages des années 1950, Bouclard se lance le 5 novembre dans l'aventure de petits formats accessibles, "qui défriche une nouvelle génération de jeunes romanciers et romancière". 

Intitulée "109"la nouvelle collection sera coordonnée par Clément Le Priol et Benjamin Reverdy, tous deux éditeurs chez Bouclard. Elle abordera "des thématiques générationnelles mais sans prendre des grands airs intellectuels" précise l'éditeur. 

Diffusé et distribué par Serendip, l'éditeur veut proposer "des textes courts de fiction, sans contrainte de genre et de style". La maison a prévu un tirage à 1 000 exemplaires pour les deux premier ouvrages.

Pour inaugurer cette nouvelle collection, Bouclard a choisi de présenter Les Cicatrisés de Saint-Sauvignac du quatuor québécois Jean-Philippe Baril Guérard, Mathieu Handfield, Sarah Berthiaume et Simon Boulerice, prévu pour le 5 novembre. Dans cet ouvrage écrit à huit mains, les auteurs, issus du monde du théâtre, suivent quatre adolescents rednecks d’une ville fictive québécoise dans la région 
de l’Outaouais, au Québec. Les jeunes s'ennuient fermement, jusqu’à l’installation d’un parc aquatique hors normes de l’autre côté de la ligne de chemin de fer. C’est sans compter sur un clou mal enfoncé dans la Calabrese (un toboggan), qui va faire de 118 enfants de Saint-Sauvignac des cicatrisés.

L’univers de la collection s’étendra avec le roman, Tigres à la dérive, du journaliste indépendant Nicolas Zeisler. L'auteur, qui signe son premier roman, raconte l'histoire d'une dérive existentielle où le personnage trouve du réconfort auprès d'Andres, un vieillard féru de littérature, de Luis, un chauffeur de taxi qui cultive son poil dans la main, et de Marcelo Bielsa, un jeune coach en devenir. Nicolas Zeisler a publié Beauté du geste (Le Tripode) en 2017, un hommage au noble art de la boxe et à ses âmes damnées.

Les prochaines parutions suivront au rythme de 3 à 4 titres par an. 

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités