Edition

Enquête : Appelez mon agent (littéraire) !

De gauche à droite : Christophe Ledannois (Quelle belle histoire), Daniela Bonerba (Bonerba.com), Catherine Nabokov (agence Catherine Nabokov), Mark Kessler (Susanna Lea Associates), François Samuelson (Agence Intertalent), Ariane Geffard (Ariane Geffard Agence littéraire), Pierre Astier (Astier-Pécher literary agency), Marie Lannurien (Books and More agency), Laure Pécher (Astier-Pécher literary agency) et Karine Lanini (agence littéraire Kalligram). - Photo Olivier Dion

Enquête : Appelez mon agent (littéraire) !

Longtemps ostracisés par les éditeurs, les agents littéraires français gagnent en visibilité et en légitimité. Anciens éditeurs, directeurs de droits, apporteurs d'affaires... Les agents font désormais partie d'une chaîne du livre où la relation auteur-éditeur tend à se fragiliser en raison de la concentration éditoriale.

J’achète l’article 1.5 €

Par Isabel Contreras ,
Créé le 01.10.2021 à 11h00 ,
Mis à jour le 01.10.2021 à 12h10

Ce sont les talents de la rentrée littéraire 2021 : Jean-Baptiste del Amo, Cécile Coulon, David Diop, Mathieu Palain, Clara Ysé ou Denis Michelis. Écrivains confirmés comme primo-romanciers, ils posent sur les couv' des Inrocks, du Figaro, figurent sur les listes des grands prix, brillent grâce à leur maison d'édition mais aussi au travail non moins estimable de leur agent littéraire : cette figure de l'ombre qui prend aujourd'hui la lumière. « Mon agente a fait le pont entre mon premier texte et le monde de l'édition, raconte le lauréat du Booker Prize 2021, David Diop, à propos de Magalie Delobelle (So far so good agency). C'est son professionnalisme, sa précision et surtout son amour pour la littérature qui m'ont plu chez elle. C'est sa sincérité qui m'a convaincu. »

La fin d'une exception française ?

N'en déplaise aux éditeurs, qui ne les voient pas toujours d'un bon œil, les agents littéraires sont devenus incontournables, un nouveau maillon de la chaîne du livre. Cette profession, incarnée jusqu'ici par une poignée de personnalités comme François Samuelson, protecteur de Michel Houellebecq et d'Emmanuel Carrère, ou Susanna Lea, l'agente de Marc Levy, s'est développée au point de devenir une réalité. Ils filtrent la production, biberonnent les écrivains et dénichent des talents, moyennant environ 10 à 15 % de commission. On estime leur nombre, faute de recensement exhaustif, à une soixantaine.

Anciens éditeurs pour la plupart mais aussi ex-directeurs des droits ou apporteurs de projets, les agents n'ont pas de statut professionnel défini par la loi. Depuis 2016, plusieurs agences se sont rassemblées autour d'un syndicat, l'Alliance des agents littéraires français, intégré au Syndicat français des agents artistiques et littéraires. Ils sont aujourd'hui 32 membres. « Nous avons reçu 14 nouvelles demandes d'adhésion ces trois dernières années », note Loïc Zion, le délégué général. En parallèle, une petite vingtaine d'agences spécialisées dans la bande dessinée et la jeunesse naviguent de manière informelle dans le milieu.

Preuve de leur influence croissante, les auteurs n'hésitent plus à envoyer une copie de leurs textes à des agences. « Nous recevons 15 manuscrits en moyenne par semaine », déclare Camille Paulian, cofondatrice de Trames. Depuis sa création en 2018, cette agence a accueilli 25 auteurs. « Nous sommes sollicitées par plusieurs types d'écrivains, témoigne Sylvie Pereira, agente chez Trames. Il y a les primo-romanciers mais aussi des écrivains confirmés qui ont l'impression de voir leur carrière s'essouffler : ils pensent qu'un agent pourra les faire rebondir ». Pas une maison d'édition ? La concentration éditoriale et l'industrialisation du marché ont rendu le métier d'éditeur plus volatil. « Le turn-over des éditeurs perturbe la stabilité de la relation traditionnelle avec l'auteur », confirme Gisèle Sapiro, qui a publié en février avec Tristan Leperlier Les agents de la globalisation éditoriale dans la revue Réseaux de la Découverte. Directrice de recherche au CNRS, elle explique comment la France suit les pas des pays anglo-saxons et hispanophones où la profession d'agent s'est généralisée dans les années 1970. « À partir des grands mouvements de concentration et de fusion-acquisition dans l'édition, beaucoup d'éditeurs et d'éditrices licenciés se reconvertissent dans le métier d'agent », souligne-t-elle.

Aujourd'hui en France, « les écrivains se sentent pour beaucoup démunis face aux transformations dans l'édition, abonde Sylvie Pereira. Nous faisons, dans un premier temps, preuve de pédagogie auprès de nos auteurs et leur expliquons le fonctionnement de l'écosystème. » Ensuite, comme n'importe quel autre agent, elle négocie l'à-valoir, le pourcentage sur les ventes des livres papier et numérique, la durée des contrats ainsi que les multiples cessions de droits. Ce dernier point est le nerf de la guerre. Les écrivains sont aujourd'hui bien plus attentifs qu'ils ne l'étaient auparavant à l'exploitation de leurs droits dérivés, notamment en ce qui concerne les adaptations audiovisuelles. « Et ce depuis le premier roman ! », note l'agente Catherine Nabokov, dénicheuse de nouveaux talents.

éditeur auteur, une proximité retrouvée

Ex-directrice littéraire de Notabilia, Brigitte Bouchard a lancé en avril son agence littéraire. Au sein du « Monte-charge culturel », elle défend des écrivains qu'elle avait édité jusqu'ici telles Fatima Daas ou Sophie Divry. « En tant qu'éditrice, je devais me préoccuper de tâches administratives et d'aspects contractuels qui venaient restreindre la portée de mon travail, indique cette Québécoise. Lorsqu'on essaie de rationaliser chaque étape de la fabrication d'un livre, on finit par déshumaniser le métier ». La relation avec ses auteurs, « cette deuxième famille », n'est devenue que plus forte car sécurisante pour les deux parties, assure-t-elle. « Aujourd'hui j'ai retrouvé ma liberté ». Dans un questionnaire réalisé pour cette enquête auprès des agents littéraires par Livres Hebdo, près de la moitié des répondants affirme que la partie la plus plaisante de leur métier reste cette relation de confiance et de proximité retrouvée avec un écrivain ainsi que la flexibilité inhérente à ce travail (voir ci-contre).

Les nouveaux partenaires

Si certains éditeurs désirent aujourd'hui se mettre à leur compte, ceux qui restent salariés d'une maison d'édition craignent de moins en moins les agents. « Les éditeurs comprennent mieux aujourd'hui que nous sommes des partenaires, pas des fous furieux obsédés par les à-valoir et la négociation des paliers », explique Pierre Astier, un autre historique du métier qui fête cette année, avec son associée et compagne Laure Pécher, les 15 ans de leur agence littéraire. L'agente Magalie Delobelle confirme : « Nous avançons pas à pas et certains points de blocage sont en train de sauter ». Elle apporte comme preuve un premier contrat signé avec Isabelle Gallimard, patronne du Mercure de France. Dominées par des politiques de rendement et de rentabilité, « les grandes maisons tendent désormais à externaliser la découverte de nouveaux auteurs et le travail préliminaire sur les manuscrits en s'en remettant au professionnalisme des agents », analyse encore Gisèle Sapiro. Éditrice chez Grasset et auteure d'un premier mémoire sur les agents littéraires en France (1), Juliette Joste observe : « Les agents accélèrent de fait la concurrence entre les maisons d'édition. Je regarde plus vite les manuscrits qu'ils m'envoient pour éviter de laisser passer un bon projet ». La production éditoriale, de fait, va muter en fonction des goûts de ces nouveaux intermédiaires, avance le sociologue Bernard Lahire. « Les agents vont susciter des vocations et changer la nature de ce qui va être sélectionné. La production va dépendre de leurs propriétés sociales puisqu'ils recruteront des écrivains d'une manière différente ».

Pas besoin de se projeter pour constater déjà l'influence des agents dans la production actuelle. Du boom des ouvrages féministes signés des nombreuses autrices représentées par Julie Finidori, Sophie Chédru ou Ariane Geffard aux essais et documents tirés de podcasts et édités par l'agente Karine Lanini.

La constitution du syndicat en 2016 a contribué aussi à normaliser cette profession « face à l'hostilité de certaines institutions comme le Syndicat national de l'édition ou le Bureau international de l'édition française », explique Pierre Astier. Son agence a célébré voilà un an son premier Goncourt, remporté par leur talent Hervé Le Tellier avec L'anomalie (Gallimard).  « Et pour la première fois, nous avons intégré deux commissions du Centre national du livre : extraduction et roman », se félicite l'agent.

Preuve encore des barrières qui tombent : plusieurs agents pourraient assister prochainement à une réunion de la commission « littérature » du SNE, présidée par la patronne de l'Observatoire, Muriel Beyer. Au programme, récolter les avis des agents sur ces écrivains à succès comme Joël Dicker ou Riad Sattouf qui ont dernièrement décidé de créer leur maison d'édition au sein d'Editis. « D'une certaine manière, ils s'autoéditent, s'alarme Muriel Beyer. Discuter avec les agents nous permettra peut-être de mieux comprendre cette situation et qui sait ? De trouver une cause commune ? ».

(1) L'agent littéraire en France. Réalités et perspectives (MOTif, 2010).

Les dernières
actualités