Madrigall/Sarbacane

Entretien avec Antoine Gallimard et Frédéric Lavabre

Antoine Gallimard et Frédéric Lavabre - Photo OLIVIER DION

Entretien avec Antoine Gallimard et Frédéric Lavabre

Antoine Gallimard, P-DG du groupe Madrigall, et Frédéric Lavabre, directeur éditorial de Sarbacane, expliquent comment et pourquoi la petite maison a intégré le pôle jeunesse de Flammarion.

J’achète l’article 1.50 €

Par Vincy Thomas,
Créé le 11.09.2020 à 17h52,
Mis à jour le 11.09.2020 à 18h41

Livres Hebdo : Comme se passe le déconfinement ?
 
Antoine Gallimard : Je pense qu’on peut parler d’une seule voix. On a senti dès la sortie du confinement que les libraires avaient enregistré d’excellents résultats, dignes d’un mois de décembre. Deux secteurs étaient particulièrement en pointe, la jeunesse et la bande dessinée, ainsi que certains titres de fonds comme les livres de Giono et de Camus. Les mois de juin, juillet et août ont été de bons mois, sauf peut-être pour les sciences humaines. Pour la profession, cela a été un moment de soulagement.
 
Et la rentrée s’annonce comment ?
 
A. G. : La rentrée est un peu particulière surtout en littérature générale. Cette rentrée s’est faite sans les fiançailles habituelles entre le lecteur, le libraire et l’auteur. Tout s’est fait par visioconférence. Toute une saison, le printemps, nous a été volée par la Covid. Les libraires ont souhaité moins de titres pour cette rentrée, et ma maison a joué le jeu, notamment en reportant tous les premiers romans à janvier. Je n’ai donc pas le sentiment de faire une rentrée mais plutôt d’être dans la continuité des trois derniers mois…
 
Frédéric Lavabre : On nous a en effet volé quelque chose. Du côté de Sarbacane, nous avons fait un excellent premier semestre. Ce n’est pas inespéré parce que nous espérons toujours des résultats comme ceux-là. Nous avons réalisé un chiffre d’affaires bien supérieur à celui de l’année précédente, qui était déjà historique. Mais ce qui nous manque, ce sont les salons, fêter les livres, le contact, les échanges avec les lecteurs.
 
A. G. : Ce qui nous manque, c’est de ne pas danser ensemble…
 
F. L. : Exactement. Y compris avec les représentants et les forces de ventes. Les prochaines réunions sont encore virtuelles. Moi, j’ai envie de les voir. Je travaille avec ceux de Flammarion qui s'occupent de mon catalogue depuis dix ans.
 
A. G. : En même temps, nous étions contents de voir tout ce qu’on pouvait faire en virtuel, avec les outils numériques, la vidéo. C’était aussi important d’inciter les libraires à ne pas oublier le «click and collect». Leur métier peut se passer hors-les-murs.
 
A propos de manifestation, Francfort vient d'annoncer son annulation. En tant que président du Bureau international de l'édition, quelle est votre réaction ?
 
A. G. : Il y avait trop de contraintes : tests faits la veille, quatorzaine… C’était devenu trop compliqué d’y aller. Mais à partir du moment où les trois quarts des éditeurs étrangers avaient décidé de ne pas venir, les jeux étaient faits. L’intérêt d’une telle foire, c’est d’avoir des contacts physiques avec des gens qu’on ne peut pas voir habituellement. C’est donc une bonne décision, sans surprise.

Revenons à l’acquisition de Sarbacane par Madrigall. Il y a une montée progressive depuis sept ans dans le capital de Sarbacane, mais est-ce que l’acquisition intégrale était prévue dès le départ ?

A. G. : Nous avions prévu ces différentes étapes, mais ce n’était pas planifié. Chacun voulait y aller en fonction de ses volontés et de ses souhaits. Nous étions libres de notre destin, l’un et l’autre.
 
F. L. : Comme cela peut se passer avec les auteurs. Nous avons le droit d’aller plus loin, de faire un livre de plus ensemble, ou pas. Mon envie de passer à une autre période de ma vie professionnelle a été accueillie par le groupe Madrigall, avec Antoine Gallimard, Patrice Margotin et Mathieu Cosson, de façon respectueuse. Les discussions ont démarré en janvier pour s’achever en juin. Nous avons fait cela en plein confinement ! Mais, pour moi, ce qui a été fort, dans cette période si incertaine, c’est de voir Madrigall poursuivre ce projet. Cela traduisait une marque de confiance pour ma maison et son catalogue. Tout cela a renforcé mon envie de rejoindre le groupe.
 
Au départ, cela reste un choix personnel…
 
F. L. : Aujourd'hui, j’avais envie de revenir à plus d’éditorial, plus de création. En intégrant un groupe, je vais chercher des fonctions support et du conseil. Il y a aussi une dimension économique et politique. Economique, car, en tant qu’éditeur BD, il y a des grands groupes puissants financièrement et agressifs commercialement. Il faut donc proposer aux auteurs, au-delà de notre travail d’éditeur, un soutien plus fort, un meilleur accompagnement. Politique, parce que, pour moi, ce n’est pas pareil de rejoindre une maison familiale comme celle d’Antoine Gallimard, même si c’est un grand groupe aujourd’hui.
 
A. G. : Un grand groupe… C’est quand même une maison toute petite par rapport aux géants.
 
F. L. : Oui, enfin, ce n’est pas un fonds de pension. Antoine Gallimard est dans une logique de transmission familiale. Tout ça compte à mes yeux. Les auteurs étaient d’ailleurs contents quand je le leur ai annoncé. Je ne suis pas sûr que cela aurait été la même réaction avec d’autres groupes.
 
A. G. : Sans parler de taille, des groupes qui ne partagent pas les mêmes valeurs. Nos valeurs, ce sont la qualité, un rapport intelligent entre l’image et le texte, avec un trait d’humour, une finesse, quelque chose d’inattendu.
 
F. L. : C’est vrai que cette dimension artisanale est réelle. Les discussions que j’ai pu avoir ailleurs n’étaient pas du même registre.
 
Antoine Gallimard et Frédéric Lavabre - Photo OLIVIER DION
Pourquoi avoir rattaché Sarbacane à Flammarion-Père Castor, plutôt qu’à Gallimard Jeunesse ?
 
A. G. : Pour deux raisons. La première était que Frédéric Lavabre ait un interlocuteur permanent dans la maison et je pensais que Patrice Margotin, qui a rejoint Flammarion il y a un an, était la personne qu’il fallait. Et puis Sarbacane était déjà installé chez Flammarion pour sa diffusion. Quant à Gallimard Jeunesse, c’est une marque très puissante, et je ne voulais pas qu’elle fasse de l’ombre à Sarbacane. Par ailleurs, nous avons eu beaucoup de discussions sur le marché, les liens avec les libraires, la valorisation de nos collections. Dans ce sens, j’ai aussi souhaité que Frédéric Lavabre puisse être au comité de direction de Flammarion, du côté de la stratégie.
 
F. L. : Sarbacane est une petite maison, avec une centaine de titres par an. Même si j’ai d'excellentes équipes, je me suis retrouvé isolé sur des projets qui demandaient des moyens. En intégrant Madrigall, on peut imaginer des projets à l’international, une meilleure représentation en bibliothèques ou dans les écoles.
 
Et qu’est-ce qu’apporte Sarbacane à Madrigall ?
 
A. G. : Comme aux échecs, il faut renforcer les points forts. Notre métier est fluctuant. Aujourd’hui, ça va bien, mais demain ça peut être difficile. Par ailleurs, le rôle des petites maisons est essentiel, notamment pour capter la sensibilité de l’époque et des auteurs. Chacune a sa personnalité. Enfin, je voulais qu’on se renforce dans l’illustré, et il y a une très belle création dans ce domaine chez Sarbacane. C’est par intérêt, respect et estime pour leur travail que cette acquisition s’est faite, indépendamment du chiffre d’affaires. C’est avant tout une très jolie maison que j’apprécie.

F. L. : J’ajoute que la diffusion Flammarion diffuse assez peu d’éditeurs et, par conséquent, on est d’autant mieux servi. Aujourd’hui, Sarbacane, avec Casterman et Père Castor, c’est une offre assez homogène et étendue, et surtout complémentaire.
 
A. G. : Très complémentaire. C’est une façon d’irriguer notre marché et de pouvoir avoir cette capacité à aller dans des domaines qu’on n’ose pas toucher, à accompagner des transformations du marché et aller chercher des nouveaux talents.
 
Lors du rachat de Sarbacane, vous évoquiez l’internationalisation…
 
F. L. : Avec Patrice Margotin, nous prenons chaque sujet et nous déterminons les priorités de notre collaboration. Cela peut être les RH, le marketing, la communication, ou les droits étrangers. Aujourd’hui, ils représentent 20-25% du chiffre d’affaires. Les équipes de Flammarion peuvent certainement faire mieux avec leur puissance. Pareil pour les droits audio. Il y a aussi la fabrication. Sur les fabrications spéciales comme Midi pile de Rebecca Dautremer ou La dernière rose de l’été de Lucas Harari, je vais garder la main. En revanche, ce n’est pas forcément nécessaire sur les romans. Je vais ainsi pouvoir délester mon équipe de certaines fonctions et les recentrer sur l’aspect plus créatif. Nous sommes passés de 10 à 14 employés tout en baissant la production, puisque nous avons décalé certains titres à l’année prochaine. Or, nous avons fait plus de ventes. Dans une offre pléthorique en jeunesse et en BD, ce travail livre à livre, notre relation avec les libraires, paye. Cela veut dire quoi faire plus de chiffre d’affaires ? C’est reverser aux auteurs davantage de droits. Comme chez Gallimard, les auteurs sont au cœur de notre démarche.
 
La BD et la jeunesse sont un levier de croissance. Quelles en sont les perspectives ?
 
A. G. : Je pense qu’il peut encore croître. Il faudrait pour cela que le livre jeunesse passe au premier rang. Ce n’est pas encore gagné puisqu’il reste totalement absent des médias. La Foire de Bologne existe mais elle est peu relayée. Il y a des efforts à faire sur la visibilité. Pourtant, c’est un enjeu crucial. Il y a un véritable trou noir avec les jeunes, de 15 à 25-30 ans. C’est un lectorat qui disparaît et qu’il faut accrocher. Il faut faire faire en sorte que le livre jeunesse soit considéré comme les autres littératures.
 
F. L. : Il y a quelque chose de paradoxal entre le peu de relais et le poids économiques de ces secteurs. Je pense que nous sommes dans un changement de société. Je crois beaucoup à une nouvelle vague de consommateurs, des jeunes, parfois déjà parents, soucieux de ce qu’ils achètent, y compris pour les livres. Cette génération va venir sur le bien-consommer. J’essaie de produire un maximum de mes albums en France et en Italie. J’affiche la distance entre le producteur et le distributeur. Pour une maison comme la mienne, je crois qu’il faut produire de façon raisonnable, quitte à contenir les tirages.
 
La société et les comportements changent, qu’est-ce que cela induit pour un éditeur ?
 
F. L. : Il y a plus d’attrait pour le roman graphique. Les femmes se sont ouvertes à la bande dessinée. Les sujets sociétaux les intéressent. Les lecteurs veulent aussi des produits de qualité. Nous sommes dans une période très créative. Nous le voyons bien avec notre ouvrage Midi Pile. Il a été rapidement épuisé alors qu’il était vendu à 50 euros. C’est pour cela que je suis très optimiste.
 
A. G. : Il y a des années, le secteur jeunesse était très balisé, répondant à des critères précis. Il y avait les bibliothèques roses et vertes. Puis nous avons vu se développer les produits de licence. Nous pouvions penser que le marché ne serait plus aussi ouvert à la création, et c’est l’inverse qui s’est produit.
 
F. L. : Que ce soit chez les gros éditeurs ou les indépendants, il y a presque trop de bons livres.
 
A. G. : C’est très diversifié. Le secteur va des Pyjamasques à Drôles de petites bêtes, en passant par Massimo Mattioli. C’est un domaine très éclaté. Il y a du grand public avec Disney mais nous parvenons à faire émerger des auteurs singuliers. L’éveil musical marche bien aussi. En fait, la seule chose qui n’a pas marché, ce sont les applications numériques, les jeux interactifs adaptés de classiques.
 
F. L. : Je pense que nous revenons à l’objet livre.
 
L’Agrume chez Editis, Sarbacane chez Madrigall… La concentration observée ces derniers mois augure-t-elle d’une tendance structurelle ou il s’agit juste d’opportunités ?
 
A. G. : Notre accord avec Sarbacane est de l’ordre du personnel. Ma fille Charlotte m’a parlé de vous et l’estime que nous avons mutuellement a fait le reste. Ma crainte se situe plutôt du côté de l’opération Bolloré et Vivendi face à LVMH et Hachette. Ce n’est pas un horizon heureux. Le rapport à l’auteur, avec le libraire, peut être difficile. Une telle concentration, ce serait l’arrivée d’un troupeau d’éléphants dans une cage de verre. Ce n’est pas souhaitable. J’espère qu’Hachette restera bien indépendant, comme Editis, pour faire son travail d’éditeur. Nous sommes un secteur fragile : quatre milliards d’euros, ce n’est pas grand-chose.  
 
F. L. : J’espère que les auteurs en tiendront compte. Un à-valoir augmenté n’est pas forcément la garantie d’un succès. Chacun doit prendre ses responsabilités, et aller chez tel ou tel éditeur, ce n’est pas la même chose.
 
A. G. : Le seul bon signe que nous pouvons y voir est que l’édition intéresse les puissants et les financiers. Mais ces concentrations ne font pas du bien au reste de la profession. On asphyxie la distribution par d’importantes mises en place et, au final, le marché est arasé.
 
 


 
 

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités