Jean-Luc Barré, "Pervers", chez Grasset | Livres Hebdo

Par Maïa Courtois, le 13.07.2018 à 10h00 Un Premier Roman Par Jour

Jean-Luc Barré, "Pervers", chez Grasset

Jean-Luc Barré - Photo JEAN-FRANÇOIS PAGA

Durant l’été, Livres Hebdo présente chaque jour un premier roman de la rentrée littéraire 2018. L’éditeur et historien Jean-Luc Barré dépeint dans Pervers, à paraître le 22 août chez Grasset, une quête du pouvoir et de la possession. 

"À la longue, on ne distinguait plus que ses yeux." Pour l’écrivain Victor Marlioz, l’un des plus reconnus de son temps, ce pourrait être le dernier tour de piste. À l’heure où il fait face à ce qui devrait être son plus grand chagrin, le suicide mystérieux de sa fille, Marlioz accepte de rencontrer le journaliste littéraire Julien Maillard, dans un palace de la Riviera italienne, puis à Genève. L’homme mène l’investigation après avoir reçu une lettre anonyme affirmant que l’écrivain aurait favorisé le suicide de sa fille. L’éditeur de Marlioz, toujours à ses côtés, et sa femme, noyée dans l’alcool, seront des témoignages précieux pour cette enquête. Pervers sonde ainsi les parts d’ombres vertigineuses que recèle la quête de célébrité.
 
Jean-Luc Barré est écrivain, historien et éditeur. Il est l’auteur de multiples biographies dont celle en deux volumes de François Mauriac (Fayard, 2009-2011). En 2016, il a publié chez Fayard un récit sur l’affaire Cahuzac, Dissimulations, nourri de sa propre expérience du monde politique.

Editeur chez Plon puis chez Fayard, il dirige depuis 2008 la collection "Bouquins" chez Robert Laffont. Son premier roman renoue avec son sujet de prédilection: les masques, les secrets et les jeux de cache-cache avec la vérité, inhérents aux cercles de pouvoir dans lesquels Jean-Luc Barré lui-même est plongé.
close

S’abonner à #La Lettre