Librairie

La prestigieuse Harvard Business Review (HBR) a rendu public son classement des 100 patrons les plus performants du monde le 14 octobre, avec comme leader Jeff Bezos, P-DG d'Amazon. En 2012 et 2013, il était classé 2e.

Le classement répertorie des présidents d'entreprises de 22 nationalités différentes. Il est calculé en fonction de divers paramètres, comme les dividendes, la capitalisation boursière, la stratégie à long terme, l'impact environnemental, la satisfaction des employés, l'engagement auprès des clients. HBR note, qu'en dépit de son conflit avec les éditeurs et les auteurs, des enquêtes sur ses pratiques fiscales et des mouvements sociaux dans ses entrepôts dans certains pays, Amazon reste l'une des entreprises dont la réputation est la meilleure (après Volkswagen, Novo Nordisk et Swatch).

La revue a demandé au P-DG d'Amazon si le conflit avec Hachette à propos du prix du livre numérique l'avait surpris. Jeff Bezos a répondu que "le monde de l'édition change très lentement. Le marché du poche, qui a été développé avant la seconde guerre mondiale, a été la dernière invention radicale avant l'arrivée du livre numérique. Tous les arguments que le milieu littéraire avait donné contre le poche – dévaluation du livre, incapacité à investir dans la littérature – sont les mêmes que ceux donnés contre les e-books. Aujourd'hui nous savons que les arguments à propos du poche étaient faux et ils sont également faux à propos des e-books. Cela prendra un moment pour les parties prenantes d'en prendre conscience, mais nous sommes déterminés à avoir des livres numériques moins chers".
 

Commentaires (1)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous
l

le libraire masqué

il y a 6 ans à 10 h 28

Merci à la Harvard business review pour sa lucidité et capacité d'analyse(payée?) et son courage, il n'est pas sûr que les actionnaires d'Amazon aient la même analyse face aux pertes et absence de dividendes, mais Bezos fait le forcing pour les remonter grâce aux éditeurs mis à contributions pour améliorer leurs résultats. Tout cela mérite certainement un prix, celui du Cynisme!


On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités