Proclamation

Joseph Andras remporte le Goncourt du premier roman 2016

Joseph Andras - Photo S. REZVAN

Joseph Andras remporte le Goncourt du premier roman 2016

Le jeune auteur est le lauréat surprise du Goncourt du premier roman avec De nos frères blessés (Actes Sud), alors qu'il ne se trouvait pas dans la sélection de l'académie Goncourt.

Par Marine Durand,
Créé le 09.05.2016 à 13h30,
Mis à jour le 09.05.2016 à 14h58

L'académie Goncourt a décerné, lundi 9 mai chez Drouant, le prix Goncourt du premier roman 2016 à Joseph Andras pour De nos frères blessés, à paraître le 11 mai chez Actes Sud. Il s'agit d'un lauréat surprise puisque l'ouvrage de Joseph Andras ne figurait pas dans la sélection de quatre titres dévoilée par l'académie en avril dernier.

Cette récompense permet à Actes Sud de poursuivre sur sa belle lancée. La maison, qui a obtenu le prix Goncourt 2015 avec Boussole de Mathias Enard, ainsi que le prix Nobel de littérature 2015, remis à Svetlana Alexievitch, avait déjà été couronnée l'an dernier par le Goncourt du premier roman 2015 avec Meursault, contre-enquête, de Kamel Daoud.

Dans De nos frères blessés, Joseph Andras raconte le destin de l'ouvrier communiste et militant anticolonialiste rallié au FLN Fernand Iveton, le seul Européen guillotiné de la guerre d'Algérie. Dans son avant-critique publiée dans Livres Hebdo le 22 avril, Sean James Rose décrit "un très beau premier roman à l’écriture à la fois classique et âpre."

Joseph Andras, né en 1984, vit en Normandie et séjourne régulièrement à l'étranger, selon la brève biographie fournie par son éditeur.

Commentaires (1)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous
b

briere lydie

il y a 4 ans à 12 h 24

Il a refusé cette récompense car pour lui on ne peut faire un concourt de la littérature et décerner des prix comme on le ferait pour des élèves. Il a voulu garder sa liberté totale d'écriture. C'est juste. L'écrivain on l'apprécie à travers son oeuvre et non à travers ses médailles de récompense.


On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités