Entretien

Juliette Picquier : "une “littérature monde” qui pose la question de l’identité"

Juliette Picquier - Photo DR

Juliette Picquier : "une “littérature monde” qui pose la question de l’identité"

Directrice des éditions Picquier depuis un an, et à l’approche de la rentrée littéraire, Juliette Picquier revient pour Livres Hebdo sur l'évolution éditoriale de la maison historiquement spécialisée dans la littérature asiatique.

J’achète l’article 1.50 €

Par Dahlia Girgis,
Créé le 22.06.2021 à 12h49,
Mis à jour le 22.06.2021 à 14h19

Juliette Picquier revient pour Livres Hebdo sur l'évolution éditoriale des éditions Picquier, dont elle est directrice depuis un an. Âgée de 31 ans, l’éditrice a élargi le catalogue de la maison spécialisée en littérature asiatique et fondée par son père Philippe Picquier.

Comment a évolué la ligne éditoriale  ?
La littérature asiatique est une identité intégrée aux éditions Picquier, mais le monde a changé. La nationalité a de moins en moins d’importance. Nous continuons à être une maison asiatique, mais qui s’ouvre à d’autres voix. Une sorte de "littérature monde" qui pose la question de l’identité. Je publie mes coups de cœur. Ceux pour qui j’ai une affinité et peut-être même de la sororité. 

Quels domaines souhaitez-vous développer ? 
La littérature m’intéresse plus particulièrement. C’est ça que je veux développer. Je souhaite également m’adresser à un public plus jeune. C’est le cas à travers, L'été de la sorcière de Nashiki Kaho publié en mars. Le livre s’adresse à une tranche plus “young adults”. La même tendance est présente en littérature coréenne. Même si cela me gêne d'utiliser cette expression, car il n’y a pas vraiment d’âge pour apprécier ce type de roman. 

Quelles sorties pour la rentrée littéraire ? 
Nous publions Une soupe à la grenade de l’iranienne Marsha Mehran. Sur son passeport elle n’est pas asiatique, elle est plus que cela. Son livre a été publié en 2005 aux Etats-Unis. Je l’ai lu à sa sortie, puis j’ai attendu qu’il soit traduit en français. Les années passent et toujours rien, alors je l’ai fait traduire. Il y a également La femme sur le toit de Yu Xiuhua, à paraître en septembre. Souffrante d’un lourd handicap, la poète parle de sexualité et de solitude.

Quel est votre production sur l’année ? 
Nous publions moins. Cela nous permet de mieux accompagner nos auteurs. Nous sommes à près de 30 nouveautés et une dizaine de poches sur l’année. La part des auteurs non traduit est surtout présente dans nos publications non-fiction. Elle représente entre 20 à 30%. Isabelle Genlis publiera par exemple cet automne Cendrillons. Un ouvrage sur les différentes figures de la princesse en Asie. Nous ne nous interdisons rien.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités