Grand Prix des librairies 2021

[Le libraire de l’année] Rosalie Abirached, De beaux lendemains à Bagnolet (4/6)

Rosalie Abirached, fondatrice de la librairie De beaux lendemains (Bagnolet) - Photo Rosalie Abirached

[Le libraire de l’année] Rosalie Abirached, De beaux lendemains à Bagnolet (4/6)

Pour la deuxième année, Livres Hebdo présente chaque vendredi un des candidats à l’élection du Prix du libraire de l’année, pour laquelle nos lecteurs professionnels du livre sont appelés à voter. Aujourd’hui, Rosalie Abirached, fondatrice de la librairie De Beaux lendemains à Bagnolet.

J’achète l’article 1.5 €

Par Cécile Charonnat ,
Créé le 23.07.2021 à 17h36

Bien malgré elle, Rosalie Abirached a marqué 2020. Verbalisée en novembre pour une table de click and collect installée "trop loin de la porte de la librairie", la fondatrice des Beaux lendemains à Bagnolet a, un mois plus tard, été citée par Emmanuel Macron. Saluant, lors de ses vœux présidentiels, l’engagement des Français pendant l’épidémie de Covid-19, le président de la République la prend en exemple, soulignant que "comme tous ses confrères, elle a beaucoup souffert de la fermeture des commerces, malgré les aides" et pointant sa capacité à "innover".

Peu encline à évoquer cet évènement, la libraire préfère retenir de cette année certes "quelques angoisses" mais surtout de grandes joies et "un magnifique démarrage qui a coïncidé avec un regain d’intérêt pour la lecture et un élan pour la librairie".

Explorer un territoire moins privilégié

Ouverte le 31 janvier 2020 sur 75 m2, De beaux lendemains a largement dépassé les espérances de Rosalie Abirached. Le chiffre d’affaires prévisionnel, fixé à 320 000 euros, a atteint 415 000 euros, confirmant ainsi le projet de cette libraire expérimentée de 46 ans.

Après vingt-deux ans de métier, dont dix-huit ans passés chez Millepages à Vincennes, la fille de l’écrivain, enseignant et homme de théâtre Robert Abirached et cousine de l’auteure de BD Zeina Abirached éprouve "l’envie de travailler dans un endroit moins privilégié où les habitudes de lecture sont moins évidentes et le portefeuille moins garni". Habitant à Montreuil, elle porte son choix sur Bagnolet, juste au nord. La ville, en phase de gentrification, ne dispose plus de librairie. "Endettée depuis de longues années, elle est privée de beaucoup de choses. C’est donc assez simple de devenir un acteur culturel ici", observe Rosalie Abirached.

Un endroit ouvert sur toute la ville

Pour autant, la libraire n’en oublie pas son objectif et ce qui fait l’essentiel du métier. Elle veille particulièrement à "ne pas faire uniquement une librairie pour des gens qui connaissent le livre" mais bien un endroit "ouvert sur toute la ville". Elle travaille notamment avec les écoles et les collèges, "un bon levier pour toucher toutes les populations", et multiplie les animations et ateliers sur des thématiques sociétales.

Autre initiative dont elle est très fière : la mise sur pied d’un prix des lecteurs créé dans le cadre de la résidence de l’auteure Colombe Boncenne aux Beaux lendemains et qui a permis d’aborder le sujet des racines. "Pour une première fois, l’expérience a été un peu acrobatique mais nous en gardons des souvenirs très forts", témoigne Rosalie Abirached, qui a d’ores et déjà reconduit l’opération en 2021.
 

Les dernières
actualités