Le livre entre en récession en Italie | Livres Hebdo

Par Vincy Thomas, le 25.03.2020 à 13h57 (mis à jour le 25.03.2020 à 14h54) Coronavirus

Le livre entre en récession en Italie

Librairie Feltrinelli à Gênes (Italie)

L'Association italienne des éditeurs interpelle le gouvernement pour obtenir un soutien financier vital alors que le secteur du livre anticipe déjà une chute de la production, des parutions et des traductions.

En confinement total, l’Italie est désormais le pays le plus touché, en nombre de décès, par le Covid-19. L’Association italienne des éditeurs (Associazione Italiana Editori, AIE), consciente des graves dommages causés à l’industrie du livre, a expliqué : « Nous travaillons avec les partis politiques pour accéder à des fonds d'urgence immédiats pour l'ensemble de la chaîne et sur des mesures spécifiques pour essayer de relancer notre secteur de l'édition. »

L’AIE annonce ainsi que la production de livres enregistrera 18600 titres en moins cette année, que ce volume manquant entraînera un manque de 39,3 millions d’exemplaires qui ne seront pas imprimés, qu’un quart des nouveautés prévues ne seront pas publiées, et que 2500 titres ne pourront pas être traduits. Selon son décompte, 61% des éditeurs ont déjà mis au chômage technique leurs employés.

La sortie de crise sanitaire inquiète

« Aujourd'hui, la chaîne d'approvisionnement du livre est en danger d'être défigurée et fortement réduite », s’alarme-t-elle. « La fermeture des librairies physiques a privé les éditeurs de leur principal canal de vente. Les difficultés d'approvisionnement des librairies en ligne aggravent encore cette situation », précise l’AIE.

L’association demande au gouvernement italien d’intervenir pour soutenir tout le secteur du livre avec les mesures prises pour d’autres secteurs, notamment le spectacle et l’audiovisuel. « Nous ne pouvons pas nous permettre d’avoir un pays sans théâtre et sans cinémas, mais c’est aussi vrai pour les librairies, éditeurs, distributeurs, traducteurs… » Elle réclame notamment un crédit d’impôt pour le moyen terme.

Il y a urgence. 88% des éditeurs italiens expriment une grande inquiétude et se demandent s’ils survivront à la crise sanitaire actuelle.
close

S’abonner à #La Lettre