Ecologie

Le SNE publie une Charte environnementale de l’édition de livres

Couverture de la Charte environnementale de l'édition de livres du Syndicat national de l'édition. - Photo ©SNE

Le SNE publie une Charte environnementale de l’édition de livres

Sur treize pages, ce guide de bonnes pratiques vise à permettre aux acteurs de la chaîne de mettre en place des actions concrètes en faveur de l’environnement.

J’achète l’article 1.5 €

Par Cécilia Lacour ,
Créé le 27.10.2021 à 09h46 ,
Mis à jour le 27.10.2021 à 10h00

A la veille de la Cop26, le Syndicat national de l’édition (SNE) a publié, le mercredi 27 octobre, une Charte environnementale de l’édition de livres (téléchargeable ci-contre). "De la production du livre à sa fin de vie, cette charte a pour vocation de questionner les habitudes, d’ouvrir le champ des connaissances, d’identifier les leviers d’amélioration, de trouver des solutions techniques et logistiques. Elle offre un guide des "bonnes pratiques" sur lesquelles chaque acteur de la chaîne du livre peut s’appuyer pour mettre en place des actions concrètes afin de diminuer son empreinte environnementale", écrivent en introduction Vincent Montagne, président du SNE, avec Pascal Lenoir et Gaëtan Ruffault, respectivement président et vice-président de la commission Environnement et fabrication. 

Ce document est le "fruit d'une réflexion collective" et "est amenée à évoluer et à être enrichie au cours du temps, pour prendre en compte l’évolution du contexte réglementaire et sociétal", assure le SNE dans un communiqué. Elle s’appuie sur le sujet de l’empreinte carbone et a "pour toile de fond les 17 objectifs de développement durable définis par l’ONU", adoptés en septembre 2015 par les 193 Etats membres des Nations Unies. Elle fait suite à la signature, en mars dernier, du Pacte des éditeurs de l'ONU par le SNE. Sur treize pages, le SNE liste toutes les questions à se poser afin de minimiser l’impact environnemental d’un livre. Papier, format, encre, impression et façonnage, livre numérique, diffusion, distribution ou encore promotion sont autant de thématiques abordées au sein de la Charte. 

Recommandations concrètes

Le SNE fournit des exemples concrets d’indicateurs "prioritaires" sur lesquels les éditeurs doivent être vigilants. 
 
  • Papier
Etant le plus important contributeur au bilan carbone d’un livre, le choix et la gestion du papier est une priorité pour le SNE. "Pour les livres imprimés en Europe, on privilégiera des papiers issus de bois européens (moins de transport) certifiés PEFC ou FSC. Pour les livres imprimés ailleurs, on préférera la certification FSC (plus adaptée aux forêts non européennes)", conseille le syndicat. Il préconise également de demander au papetier de fournir un Paper Profile, "le meilleur outil pour juger de l’empreinte carbone d’un papier. Il donne également des indications sur les usages de produits chimiques et de consommation d’eau".
 
  • Encre
"Pour un même résultat, par une gestion des retraits des sous-couleurs, il peut être économisé entre 25 et 35 % d’encre par le remplacement du CMJ par le noir. Cela permet de diminuer la consommation d’encre, d’éviter le maculage et de gagner en temps de séchage", souligne le SNE. 
 
  • Impression
La Charte conseille de "privilégier, lorsque cela est possible, des imprimeurs situés en France ou à proximité de votre centre de distribution. Demander aux imprimeurs leurs émissions en équivalent CO2 et faire jouer la concurrence. Demander aux imprimeurs leurs labels et/ou certifications environnementales : la Fleur (écolabel européen), PEFC, FSC, ISO 14001, ISO 26000, ISO 12647S ou Imprim’Vert, PrintEthic par exemple. Demander la nature des encres et des colles utilisées"
 
  • Promotion
Le SNE insiste : les PLV ne doivent être envoyées "uniquement si elles ont été commandées par le libraire". Par ailleurs, il recommande de "privilégier, lorsque cela est possible commercialement, les PLV à plat aux PLV pleines pour limiter ainsi carton et transport".
 
  • Diffusion
La Charte liste une dizaine d’initiatives à mettre en place, parmi lesquelles : "Ajuster le premier tirage sur la volumétrie de l’office et privilégier les retirages pour les réassorts", "Développer l’impression à la commande pour les réassorts et le fonds", "Grouper les réimpressions pour économiser les transports", "Gérer le risque de retour en partenariat avec les clients", "Encourager le regroupement des commandes de réassort", "Diversifier les modes de visite des représentants pour en limiter l’impact énergétique : se donner les moyens techniques d’organiser des rendez-vous à distance en complément des rendez-vous sur place, revoir régulièrement le rythme des tournées, envisager les mobilités douces en complément de la voiture" et "Développer l’accès à distance à une information complète sur les catalogues éditoriaux"
 
  • Distribution
Il est conseillé d’établir "un état des lieux des plastiques utilisés (recyclable, non recyclable), des usages (palettes, film), de leur caractère substituable ou non (nécessaire pour assurer la sécurité des palettes ou pour la protection de l’ouvrage), et identifier les leviers d’action"


Par ailleurs, le SNE imagine la mise en place d’un indicateur commun sur le bilan carbone. "Cet indicateur (émissions par maison d’édition et par livre produit) est un objectif à atteindre dans les années à venir. La mise en place d’un outil de type « calculateur » commun à l’ensemble de la filière pourrait être envisagé", souligne l’organisme. 
 

Les dernières
actualités