Crise sanitaire

Les librairies britanniques de nouveau face au confinement

Les librairies britanniques de nouveau face au confinement

Suite à l'envolée des cas de coronavirus en Angleterre, le pays est reconfiné depuis le 5 janvier. Si les librairies retrouvent leurs solutions alternatives de vente, les avis commencent à être partagés sur l'utilité du "click and collect". 

J’achète l’article 1.50 €

Par Thomas Faidherbe,
Créé le 06.01.2021 à 17h43,
Mis à jour le 06.01.2021 à 18h00

Après l’Irlande, l’Ecosse et les provinces de l’Irlande du Nord et du pays de Galles, c'est au tour de l'Angleterre de se reconfiner. Boris Johnson a annoncé, lundi 4 janvier, le troisième confinement national à partir du lendemain. A nouveau contraints dans leurs déplacements, les anglais ne peuvent plus accéder aux magasins dits "non-essentiels". 
 
Pour aider les entreprises contraintes de baisser le rideau, le gouvernement britannique a également débloqué des fonds supplémentaires à hauteur de 4,6 milliards de livres, a annoncé le ministre des finances, Rishi Sunak. Ces aides sont ouvertes à toutes les entreprises, librairies comprises. Elles viennent s'ajouter à l'allégement des taux d'intérêt des entreprises, qui a été prolongé jusqu'à la fin du mois d'avril.

Le "click and collect" ne fait pas l'unanimité

Face à l’instauration du confinement, un grand nombre de librairies britanniques continuent de proposer le "click and collect", parallèlement aux commandes en ligne. Pour autant, ce système ne fait pas l'unanimité auprès de tous les professionnels. Pour James Daunt, directeur général de Waterstones, "cela ne fonctionne tout simplement pas" à une période où les lecteurs sont obligés de rester chez eux. 
 
La librairie jeunesse The Children's Bookshop à Muswell Hill, au nord de Londres, a renoncé au service de "click and collect" et privilégie les livraisons à domicile. "Si les gens ne peuvent pas nous atteindre, nous allons faire tout ce que nous pouvons pour aller jusqu'à eux", précise Sanchita Basu De Sarkar, propriétaire de la librairie. 

Pour tenter de contenir leurs pertes, les librairies misent surtout, comme en France, sur la création de sites web à partir desquels leurs clients peuvent passer commande, et sur des partenariats avec des plateformes comme Bookshop.org.
 

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités