Les prix Livres Hebdo des Bibliothèques 2015

Le jury vote. Ici, de g. à d. : Gilles Gudin de Vallerin, médiathèques de Montpellier Méditerranée Métropole, Hélène Wadowski, Flammarion Jeunesse, David Foenkinos, président du jury, Laurent Pagès, médiathèques d’Aire-sur-l’Adour. - Photo OLIVIER DION

Les prix Livres Hebdo des Bibliothèques 2015

Présidé par David Foenkinos, le jury du 6e grand prix Livres Hebdo des Bibliothèques francophones, organisé avec la participation d’Infor et de 3M et avec le soutien de France Culture, a décerné le grand prix aux médiathèques de Plaine Commune pour leur action sans faille en faveur du vivre-ensemble. Une valeur qu’on retrouve à Grenay, Saint-Médard-en-Jalles, Bourg-la-Reine et à la BU Pierre-et-Marie-Curie à Paris.

J’achète l’article 4.5 €

Par Véronique Heurtematte,
Créé le 04.12.2015 à 00h00,
Mis à jour le 04.12.2015 à 14h27

Plaine Commune : l’énergie du vivre-ensemble

La nouvelle médiathèque Aimé-Césaire à La Courneuve. - Photo PIERRE LE TULZO/PLAINE COMMUNE

Le travail exemplaire mené tous azimuts depuis dix ans par le réseau des médiathèques de Plaine Commune, déjà récompensé par le prix de l’Animation en 2012, a forcé l’admiration des jurés. Cette communauté d’agglomération rassemblant 9 communes et 408 000 habitants s’est engagée depuis 2004 dans le développement d’une politique de lecture publique très ambitieuse. Sur ce territoire fortement urbanisé, marqué par les difficultés économiques et sociales et où 29 % de la population est d’origine étrangère, le réseau des 25 bibliothèques a été pensé comme un levier social, un outil du vivre-ensemble.

Ci-contre : les ateliers de conversation proposés aux femmes désirant améliorer leur expression orale. - Photo CHRISTOPHE FILLIEULE/PLAINE COMMUNE

Les jurés ont été particulièrement impressionnés par les actions menées en direction des publics non francophones : traduction des supports de communication des bibliothèques dans les langues les plus pratiquées sur le territoire (tamoul, chinois, arabe, portugais), ateliers de conversation en français et sessions d’aide administrative dans la langue d’origine. "Toutes ces initiatives trouvent le juste équilibre entre la reconnaissance des langues et des cultures d’origine et la valorisation de la langue du pays hôte", souligne Assumpta Bailac, directrice du réseau des bibliothèques de Barcelone.

Ci-contre : un jardin partagé attenant à la médiathèque Lucie-Aubrac de Saint-Ouen, entretenu par les habitants du quartier. - Photo PHOTOS PLAINE COMMUNE ET DR

En 2015, le réseau a lancé son projet permanent "Do it yourself", qui fait des bibliothèques des lieux d’expérimentation et de partage des savoir-faire. Au programme : ateliers écologiques, réalisation de smoothies et de salades à partir de fruits issus du rebut, création d’un jardin partagé, le tout pour sensibiliser aux enjeux du développement durable. Le grand prix récompense également l’important programme de construction mené depuis 2004, et en particulier l’ouverture cette année de la médiathèque Aimé-Césaire à La Courneuve, dans l’ancienne usine Mécano entièrement réhabilitée par le cabinet d’architectes bordelais Flint.

Ce qu’en pense le jury

"L’énergie déployée par le réseau de Plaine Commune pour faire en sorte que la culture soit un espace d’échange et d’intégration est remarquable, s’est enthousiasmé David Foenkinos, président du jury du grand prix Livres Hebdo des Bibliothèques 2015. C’est autour des livres qu’on peut vivre ensemble. Pour attirer des populations souvent délaissées, ces structures ont des livres aussi bien en chinois qu’en tamoul et proposent une aide juridique. Pour les enfants, c’est magnifique de voir tout ce qui est proposé, des ateliers vidéo aux expériences culinaires. Je suis profondément admiratif du travail fourni par ces équipes. Et bien sûr, dans le contexte actuel, leur énergie est plus que jamais vitale à mes yeux."

Médiathèque Estaminet à Grenay : comme à la maison

La médiathèque Estaminet de Grenay où un long bar prolonge le comptoir d’accueil au rez-de-chaussée. - Photo VILLE DE GRENAY

Le jury s’est montré unanimement enthousiaste pour le dossier de la médiathèque Estaminet, ouverte en juin dernier à Grenay. Cette commune de 6 900 habitants près de Béthune (Pas-de-Calais), l’une des plus pauvres de France, a fait de l’accueil le pivot central de son nouvel équipement. On vient à l’Estaminet, qui rassemble tous les services liés à la petite enfance et à la jeunesse (PMI, accueil des centres de loisirs, Point information jeunesse, mission locale) pour faire une démarche administrative, s’installer avec un magazine dans l’espace presse ou en terrasse, faire une partie de babyfoot, écouter la musique diffusée sur les bancs sonores du jardin, ou encore, grande originalité du lieu, boire une bonne bière pression au bar dans le hall de la bibliothèque.

A droite, de haut en bas :la bière artisanale est en dégustation au bar ;un atelier cuisine qui profite de la grande pièce prévue à cet effet ;le comédien Jacques Bonnaffé accueille les Grenaysiens pendant les journées du Patrimoine. - Photo VILLE DE GRENAY

"Il faut du courage pour faire une bibliothèque de cette qualité dans un endroit où la culture ne va pas de soi", souligne Pascal Vandenberghe, P-DG de Payot Libraire en Suisse. Pour y parvenir, les élus et l’équipe ont pris des options fortes : gratuité totale pour tout le monde, y compris les non-Grenaysiens, 44 heures d’ouverture hebdomadaire - ce qui correspond à la moyenne nationale pour les villes de plus de 100 000 habitants -, une grande cuisine au cœur de la bibliothèque pour organiser des ateliers, une salle de spectacle, une équipe mutualisant différents profils (bibliothécaires, animateurs, personnels administratifs). "L’objectif premier est de permettre à tous, quels que soient l’âge, l’origine sociale ou géographique, de franchir les portes de la bibliothèque, de s’y sentir bien et d’y revenir, revendique l’équipe de l’Estaminet. Accueillir, c’est recevoir tout le monde avec simplicité et chaleur, pour que chacun se sente comme à la maison." Le livre et l’écrit ne sont pas pour autant délaissés. Avec un budget annuel de 40 000 euros pour les acquisitions, soit 5,80 euros par habitant, la bibliothèque est là encore bien au-dessus des normes nationales. Le programme d’animation est à la mesure des objectifs dévolus au projet. "Je suis très sensible à l’importante politique développée en direction des enfants", indique Hélène Wadowski, directrice du département jeunesse de Flammarion et présidente du groupe jeunesse du SNE.

Ce qu’en pense le jury

"Cette bibliothèque est remarquable par la mutualisation des services, l’amplitude des horaires d’ouverture, souligne Laurent Pagès, directeur des médiathèques communautaires d’Aire-sur-l’Adour, grand prix des Bibliothèques 2014. Chacun vient pour une raison différente et y trouve sa place. J’ai également beaucoup aimé le bar, signe de convivialité, ainsi que les visites de chantier qui ont permis d’embarquer les habitants dans cette aventure avant l’ouverture."

Des usagers-acteurs à Saint-Médard-en-Jalles

Journal d’époque, carnet de route, carte, saynètes de comédiens amateurs… A travers "L’enquête dans la ville", vaste Cluedo à l’échelle de la cité organisé par les bibliothécaires, les habitants ont redécouvert les petites et grandes histoires de Sai - Photo BM DE SAINT-MÉDARD-EN-JALLES

Faire des usagers des acteurs et non des consommateurs de culture "passifs", c’est l’objectif des Imaginaires de Saint-Médard-en-Jalles (Gironde), l’événement annuel organisé depuis 2010 par le réseau des médiathèques municipales. Le jury a été séduit par l’animation de 2015 consacrée au polar. Le public devait se mettre dans la peau d’un commissaire pour résoudre une enquête grandeur nature dans toute la ville, dont l’originalité était de s’inspirer d’un fait réel jamais élucidé : le braquage de la poste de Saint-Médard-en-Jalles en 1918 par des soldats en side-cars. "L’intérêt de cette animation est d’exporter la bibliothèque dans toute la ville et de mobiliser tout le monde", relève Hélène Wadowski, directrice de Flammarion Jeunesse et membre du jury.

Le public devait se mettre dans la peau d’un commissaire. - Photo BM DE SAINT-MÉDARD-EN-JALLES

Le 18 avril, 110 apprentis enquêteurs, enfants et adultes, s’étaient lancés dans l’aventure, parcourant la ville pendant tout l’après-midi, leur carnet de route à la main, à la recherche des énigmes à résoudre. A chaque étape, des acteurs amateurs mettaient en scène des épisodes du "casse", tandis que les participants devaient se prononcer sur les suspects à éliminer, pour finir par découvrir le vrai coupable. Une occasion pour les participants de redécouvrir l’histoire et le patrimoine de leur ville à travers un récit conçu par les bibliothécaires.

"Ce projet avait notamment pour objectif de montrer la dynamique du réseau par un parcours symbolique depuis la médiathèque centrale ouverte en 2002 jusqu’à la toute récente ludo-médiathèque située trois kilomètres plus loin, explique l’équipe de la médiathèque. Nous voulions montrer l’identité du réseau ainsi que la complémentarité des services, et renouveler l’image des bibliothèques."

L’enquête s’inscrivait dans un vaste programme d’animations, dont une nuit du jeu, une rencontre avec l’écrivaine Patricia MacDonald, une exposition interactive à la frontière entre littérature, bande dessinée et jeu vidéo intitulée "Qui a refroidi Lemaure ?", ainsi qu’une autre dédiée au jeune public, "Le détective sort ses griffes", proposant d’apprendre les bases du métier de détective en 8 épisodes.

Environ 2 500 personnes ont participé à l’édition 2015 des Imaginaires.

Ce qu’en pense le jury

"Cette initiative crée un lien entre le jeu et la bibliothèque, qui est très intéressant et qui permet une implication des utilisateurs, commente Assumpta Bailac, directrice du réseau des bibliothèques de Barcelone. C’est très astucieux d’avoir relié cette animation à un fait d’actualité."

Bourg-la-Reine : l’effacement des limites

Le premier étage de la médiathèque, dessinée par Pascale Guédot. - Photo PASCALE GUÉDOT ARCHITECTE

A Bourg-la-Reine (Hauts-de-Seine), la belle architecture imaginée par Pascale Guédot pour la nouvelle médiathèque François-Villon, ouverte en janvier, joue sur la transparence et l’ouverture. Le décloisonnement des 1 780 m2, organisés en deux plateaux, ménage perspectives et points de vue d’un étage sur l’autre, et favorise une appréhension immédiate du lieu, tandis que les grandes façades de verre en font un équipement largement tourné vers l’extérieur. Des choix symboliques revendiqués, destinés à abolir les barrières entre usages et usagers, à désacraliser le lieu et à inviter les visiteurs à circuler librement. "L’effacement des limites permet d’apprécier la totalité des locaux dans une lecture verticale des volumes intérieurs qui abolit la notion de niveaux, explique Cyrille Lemaitre, directeur de la médiathèque François-Villon. Cet effacement fait le double pari d’étonner le visiteur et de renforcer son attachement à ce lieu majestueux."

Ci-contre, le noyer autour duquel la médiathèque est bâtie.A droite, l’espace jeunesse et ses matelas. - Photo PASCALE GUÉDOT ARCHITECTE

Si Claude Poissenot a trouvé les espaces un peu froids, la plupart des jurés ont adhéré à cet aménagement intérieur très aéré et d’une grande qualité esthétique, qui propose des ambiances différenciées. Malgré les grands volumes ouverts, l’atmosphère y est conviviale grâce au mobilier de chêne clair et aux couleurs vives des sièges. Le visiteur a le choix entre différentes postures d’assise : assise classique sur des chaises, relâchée dans les grands poufs, cosy dans les canapés du coin "flirt" où l’on peut visionner des films, et même carrément allongée par terre sur de grands tapis.

Le bâtiment, organisé autour d’un noyer centenaire précieusement préservé pendant toute la durée du chantier, entretient un lien particulier avec la nature, incarnée dans le jardin intérieur où l’on peut venir se prélasser aux beaux jours. C’est également un bâtiment vertueux, qui a suivi plusieurs objectifs de la démarche Haute qualité environnementale (HQE) : système de géothermie qui permet de chauffer et de climatiser avec une énergie propre et renouvelable, récupération des eaux de pluie qui sert à l’arrosage et au nettoyage.

Ce qu’en pense le jury

"C’est une architecture très ouverte, apprécie Gilles Gudin de Vallerin, directeur du réseau des médiathèques de Montpellier Méditerranée Métropole. Ce qui frappe, c’est le décloisonnement des espaces qui traduit le décloisonnement des publics et des usages. Il y a aussi une recherche sur le mobilier qui propose différents types de confort et d’assise, ainsi que sur le lien entre l’intérieur et l’extérieur, entre le bâtiment et le jardin. Tout cela procure un sentiment de bien-être".

Paris, BU Pierre-et-Marie-Curie : la pédagogie du jeu

Scène d’arrestation de la murder party organisée cette année par la BU. - Photo BU DE JUSSIEU

"Murder party", "serious games", dés géants, Lego : pour former ses quelque 5 000 usagers à la recherche documentaire et leur transmettre les compétences informationnelles indispensables pour leurs études et leurs travaux de recherche, le pôle formation de la bibliothèque de l’université Pierre-et-Marie-Curie (BUPMC), sur le campus de Jussieu à Paris, a élaboré un programme très innovant basé sur le jeu sous toutes ses formes. "Les étudiants actuels sont des "digital natives", souligne Myriam Gorsse, responsable du pôle formation des usagers de la BUPMC. Pour autant, ils n’ont pas tous les réflexes indispensables au traitement de la masse d’informations à laquelle ils ont accès. Nous les accompagnons dans l’appropriation progressive de ces réflexes, et en premier lieu la confrontation et la vérification des sources."

La victime, jouée par un membre de l’équipe. - Photo BU DE JUSSIEU

Depuis deux ans, la bibliothèque organise, pendant la "welcome week" de l’université dédiée à l’accueil des nouveaux étudiants, une "murder party". Fruit d’un partenariat entre le pôle formation, les services de la vie étudiante et la direction de la culture de l’université ainsi que la Ligue universitaire d’improvisation théâtrale, cette animation, organisée dans les locaux de la bibliothèque, est l’occasion pour les participants de découvrir le lieu, de s’initier à la recherche dans les ressources de la bibliothèques, et de se familiariser avec des notions essentielles telles que la propriété intellectuelle. Le pôle formation s’adresse également aux enseignants, notamment avec la création des "services-conseils" qui proposent une offre à la carte, et favorise les échanges entre différentes communautés professionnelles.

En juin dernier, la "serious game jam" a rassemblé pendant deux jours des enseignants, des étudiants, des personnels administratifs, des game designers issus du monde du jeu vidéo et des bibliothécaires pour plancher sur la création de jeux autour des sciences de l’information.

Ce qu’en pense le jury

"Le pôle formation de la BU de Jussieu a bien compris que pour faire connaître aux étudiants l’étendue des ressources et des services de la bibliothèque, il fallait prendre des chemins détournés, et il a su le traduire dans son action, souligne le sociologue Claude Poissenot. Cela passe par l’instauration d’une relation personnalisée avec les étudiants, comme c’est le cas dans le recours au jeu. L’innovation, c’est aussi d’impliquer les étudiants et les enseignants dans l’élaboration de "serious games". Ce prix couronne non seulement des résultats, mais aussi une démarche exemplaire dans la relation aux usagers."

8 coups de chapeau du jury

Les initiatives repérées et appréciées par le jury parmi les dossiers de candidature.

1. Des cabanes à livres à Vasperviller

BM de Vasperviller - L’abribus du village a été tapissé d’étagères et empli d’ouvrages à emprunter ou à échanger.

Dans ce hameau de 324 habitants en Moselle, les 8 bénévoles de la bibliothèque ont décidé "d’essaimer" les livres sur tout le territoire grâce à des cabanes à livres provisoires. Le promeneur découvre ainsi "Le lézard bleu" où l’on peut s’installer sur des bottes de paille, ou encore "L’abribus", transformé en bibliothèque self-service temporaire. L’équipe s’emploie à transformer la lecture en activité collective avec son philo café, son auberge espagnole et ses séances de lecture à haute voix pour les personnes dépendantes.

2. Le cyclo-livres sur les routes de Louviers

BM de Louviers - L’équipe de la médiathèque Boris-Vian autour du cyclo-livres.

Pour toucher les familles qui ne fréquentent pas la médiathèque Boris-Vian à Louviers (Eure), les 13 membres de l’équipe ont enfourché à tour de rôle le cyclo-livres prêté par la bibliothèque départementale. Ils se sont postés devant les écoles de la ville à l’heure de la sortie, déballant un coffre avec des livres, des revues, le programme d’animation, et engageant la conversion avec les passants. Menée du 8 septembre au 13 octobre, l’opération a permis de faire découvrir les ressources de la médiathèque.

3. Les bulles de la Marine à Colombes

Architecte Alain Dominguo/BM de Colombes - L’une des trois bulles de la médiathèque de la Marine, consacrée au travail de groupe.

Dans cet équipement de 1 100 m2 ouvert en mai 2015 dans les Hauts-de-Seine, l’architecte Alain Domingo a imaginé trois bulles de verres thématiques, l’une dédiée au jeu vidéo et au multimédia, la deuxième réservée aux tout-petits avec des bacs à livres incorporés dans la banquette, et la dernière aménagée en espace de travail doté d’une grande table ronde. Transparentes et insonorisées, elles offrent un grand confort. Une autre bulle près de l’entrée réserve une vue plongeante sur la salle d’étude située en contrebas.

4. Le "swap" d’Arras

BM d’Arras - L’espace Swap de la médiathèque de l’Abbaye-Saint-Vaast.

Le "swap", inauguré à la médiathèque d’Arras en décembre 2014, propose un service d’échanges de livres entre usagers. Une personne dépose un ou plusieurs livres à la médiathèque. En échange, il obtient une carte portant autant de tampons que de documents déposés. Il peut ensuite échanger ces tampons contre un ou plusieurs des livres proposés dans le circuit. La médiathèque souhaite attirer les non-usagers et s’inscrire dans une démarche de développement durable en lecture publique.

5. Lecture au sommet à Chamonix

www.photosdemontagne.fr - Point culminant de l’opération "Culture au sommet", quatre bibliothécaires du réseau ont gravi le mont Blanc.

Pour conquérir de nouveaux publics, les bibliothécaires du réseau de la Vallée de Chamonix-Mont-Blanc ont décidé de créer pendant l’été 2015 des petites bibliothèques en accès libre dans 6 refuges de montagne. Un défi culturel et sportif pour les bibliothécaires, qui ont eux-mêmes effectué le portage des livres, et dont le point culminant a été l’ascension du mont Blanc. L’opération, baptisée "Culture au sommet", a reçu le soutien de deux libraires locaux et des éditions Guérin-Paulsen, qui ont offert plusieurs centaines de livres.

6. Le blog culinaire de Dijon

BM de Dijon - Mathilde, Caroline et Marie, les trois happy blogueuses-bibliothécaires de la BM de Dijon en pleine phase de tests.

Pour valoriser de manière ludique et moderne le fonds gourmand de la bibliothèque municipale de Dijon, qui compte quelque 20 000 documents anciens ou contemporains, trois bibliothécaires ont créé le blog Happy Apicius au ton léger, voire décalé. Il propose des articles, des conseils de lecture, des recettes, des décryptages de livres anciens ou encore des idées de sorties gourmandes. Des animations régulières "réelles" - conférences, expositions - complètent l’activité virtuelle du blog.

7. Les espaces modulaires de Riec-sur-Bélon

BM de Riec-sur-Bélon - Dans l’espace Mélanie de Riec-sur-Bélon.

Transformer en médiathèque confortable et accueillante un ancien restaurant de 400 m2 constituait un défi de taille. Pari réussi à l’espace Mélanie de Riec-sur-Bélon (Finistère), qui offre un aménagement conçu pour faciliter la circulation aisée dans une organisation spatiale pensée en fonction des usages plutôt que des publics au sein d’espaces permettant une grande modularité. Une attention particulière a été portée au confort avec différents types de sièges : fauteuils, chaises, transats.

8. Accueil sur mesure en Dracénie

Tredok/BM de Draguignan - L’accueil de la médiathèque Chabran avec son comptoir et son arbre à journaux.

Tête d’un réseau de 13 structures de lecture publique de l’agglomération dracénoise, la médiathèque du pôle culturel Chabran, à Draguignan (Var), a séduit le jury par la diversité et l’originalité de ses services : les histoires racontées aux plus petits dans les moments "câlins chatouilles", les actions "objectifs bac", les siestes électro, la retransmission en direct d’événements sportifs, la création de postes de "vadrouilleurs", ces bibliothécaires qui circulent dans les espaces pour informer et conseiller les usagers.

Un nombre record de candidatures

Les membres du juryDe gauche à droite : Pascal Vandenberghe, P-DG de Payot Libraire (Suisse), Véronique Heurtematte, chef de la rubrique Bibliothèque à Livres Hebdo, Gilles Gudin de Vallerin - Photo OLIVIER DION

Avec un total de 100 dossiers émanant de 55 établissements et réseaux différents, la 6e édition du grand prix Livres Hebdo des Bibliothèques a battu ses records. 21 établissements ont concouru dans la catégorie Accueil, 29 dans la catégorie Animation, 22 pour l’Espace intérieur et 28 pour l’Innovation. Une abondance qui n’a en rien nui à la qualité des dossiers, tous excellents. Les participants, qu’ils s’agissent de grands réseaux ou de petits établissements, de bibliothèques universitaires ou territoriales, ont démontré cette fois encore la grande vitalité de la lecture publique en France, l’attention toujours plus forte portée à la qualité de l’accueil et à la prise en compte des besoins des usagers. Plus que jamais, la bibliothèque est le lieu du vivre-ensemble et ambitionne de s’adresser aux usagers réguliers mais aussi à tous les non-inscrits grâce à une grande diversité de services et de propositions.

Dans les affres

Le jury a également souligné la qualité grandissante de la présentation des dossiers, qui ont recours à tous les supports : photos, vidéos, liens Internet, blogs. Il a été très sensible au soin et au souci d’originalité dont plusieurs bibliothèques ont fait preuve dans l’élaboration de leur lettre de candidature, avec une mention spéciale à celle de la médiathèque Phileas-Fogg de Saint-Aubin-du-Pavail, rédigée entièrement sous forme de bande dessinée.

Lors de la délibération, devoir retenir seulement cinq candidatures parmi tant d’aussi bons dossiers a souvent plongé les jurés dans les affres du doute et a donné lieu à des discussions passionnées, quoique toujours joyeuses, orchestrées de main de maître par le président de cette année, David Foenkinos. Seul regret : le faible nombre de candidatures en provenance du monde francophone, qui conduit cette année à un palmarès entièrement français.


Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités