Un premier roman par jour

Ludovic Ninet, "La fille du van", chez Serge Safran

Ludovic Ninet - Photo RAPHAËL GAILLARDE

Ludovic Ninet, "La fille du van", chez Serge Safran

Durant l’été, Livres Hebdo présente chaque jour un premier roman de la rentrée littéraire 2017. Aujourd’hui, La fille du Van, à paraître le 17 août chez Serge Safran.

J’achète l’article 1.50 €

Par Pauline Leduc,
Créé le 10.08.2017 à 10h00,
Mis à jour le 10.08.2017 à 10h00

"Pierre s’essuie sur son tablier et tente de revenir à la cliente qui en a commandé deux [ndlr, des poulets] bien dorés, mais ses yeux sont aimantés par cette chevelure rousse qui flambe sous la bruine, au milieu des voitures, cette fille une pancarte pendue au cou, qui mendie et qui peste, en treillis et rangers, une punk, une paumée ? ", écrit Ludovic Ninet, en ouverture de La fille du van à paraître le 17 aout chez Serge Safran. 

La fille en question s'appelle Sonja. Hantée par son passé d'infirmière militaire en Afghanistan et par les cauchemars qui depuis la poursuivent, elle a quitté ses proches, plaquant mari et enfant. Seule et anonyme, elle fuit à travers le Sud de la France, vivote dans son van, enchainant les petits boulots et les barrettes de Lexomil.

Echouée à Mèze, dans l'Hérault, elle rencontre Pierre, ancien champion olympiques de saut à la perche aux rêves brisés. Puis Sabine, qui ressent pour la jeune femme autant de désir que d'amour maternel. Mais aussi Abbes, fils de harki au passé judiciaire chargé. Leurs histoires vont s'entremêler et tous les quatre vont tenter de se hisser vers de nouveaux horizons. 

Avec La fille du van (17 aout, Serge Safran), Ludovic Ninet va bien au delà de l'exploration du choc post-traumatique dont est atteint l'héroïne et de sa difficile reconstruction. Sans céder au pathos, il dévoile une galerie de personnages chahutés par la vie et qui -chacun à leur manière- essayent de garder la tête hors de l'eau. En résulte une chronique amère d'où surgissent pourtant des bouffées de sensualité, de douceur et d'espoir à mesure que les quatre héros abandonnent leurs armures de survivants pour, simplement, tenter de vivre. 

Ludovic Ninet est né en 1976 à Paris. Journaliste pendant 15 ans, notamment dans la presse sportive, il devient ensuite formateur au CFPJ ou à l'ESJ-Pro. Il vit aujourd'hui en Vendée. 

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités