Destinations littéraires

Mélancolique Beyrouth avec Lamia Ziadé

Lamia Ziadé - Photo JOHN FOLEY/P.O.L

Mélancolique Beyrouth avec Lamia Ziadé

(Re)découvrir une librairie atypique, une bibliothèque historique ou l’histoire littéraire et culturelle d’une ville ou d'un pays ? Chaque samedi, Livres Hebdo vous emmène dans une destination, loin des radieuses calanques ou des rouleaux de l'Atlantique, en compagnie d’un de ses auteurs ou artistes emblématiques.

J’achète l’article 1.50 €

Par Pauline Gabinari,
Créé le 17.07.2021 à 12h00,
Mis à jour le 24.07.2021 à 11h16

Petite, elle collectionnait les éclats d’obus récoltés sur le toit de la maison de sa grand-mère et se réfugiait dans les livres et le dessin. Lamia Ziadé a 7 ans quand la guerre éclate à Beyrouth. Elle en part à 18 ans, alors que le conflit fait encore rage. Plus tard, c’est par le biais de l’écriture qu’elle traverse à nouveau les rues illuminées de Hamra et de Phénicie, dans l’ouest de la ville, désormais détruit.

"L’autre côté de Beyrouth, celui qui [la] fascinait bien avant d’être inaccessible, celui des néons de Hamra, de la corniche, de la forêt de pins, de la route de l’aéroport, des minarets, des marchands de pastèque, des enseignes d’hôtels et de cinémas en lettres géantes", décrit-elle dans Bye Bye Babylone (P.O.L, 2010). Onze plus tard, elle revient dans sa ville natale à travers Mon port de Beyrouth (P.O.L, 2021). Plongée dans une ville où les conflits n’ont pas encore réussi à éteindre toute la poésie.

"Un vrai paradis qui partira bientôt en fumée"

La une de L’Orient-Le Jour du 5 août 2020, lendemain de l’explosion - Photo LAMIA ZIADÉ DANS "MON PORT DE BEYROUTH" (P.O.L)

Le 4 août 2020, le port de Beyrouth disparaît dans une explosion. Il emporte avec lui les quartiers historiques de Gemayzeh, Mar Mikhael et Sursok. Après quinze ans de guerre et une crise économique qui dure depuis 2019, cette explosion marque le point d’orgue de la descente aux enfers du pays. Considéré comme l’un des plus importants de la Méditerranée orientale, ce port était l’un des symboles de la ville.

Le 31 décembre à minuit, selon la tradition, les bateaux du port de Beyrouth faisaient rugir leurs sirènes en même temps afin de saluer la nouvelle année. […] Le bruit était assourdissant et magique. Mon port de Beyrouth (P.O.L, 2021)

Cette destruction fait ressurgir d’autres bâtiments d’un passé d’avant la guerre, que Lamia Ziadé évoque avec mélancolie dans Bye Bye Babylone. Spinneys, le supermarché ultramoderne, le souk el-Tawileh ou l’hôtel Holiday Inn… "La ville cosmopolite, excitante, moderne et orientale à la fois, n’est plus qu’un souvenir impossible", écrit l’autrice.

L’odeur du sirop à l’eau de rose

L’odeur du jasmin entre par la fenêtre ouverte - Photo LAMIA ZIADÉ DANS "BYE BYE BABYLONE" (P.O.L)

Avec une écriture loin de sombrer dans le pathos, les ouvrages de l’autrice-illustratrice portent en eux une lumière. Dans Bye Bye Babylone, ce ne sont pas seulement les douleurs qui sont évoquées, mais tout ce qui peut constituer la vie pendant la guerre. Privée d’école et de sorties au cours de son enfance, elle se réfugie dans la nourriture, les films et les livres. Elle enchaîne ainsi les tomes des Schtroumpfs, Le club des cinq, Johan et Pirlouit, Bob et Bobette, les gâteaux de son aïeule Thérèse et le sirop à l’eau de rose.

Le jour où je reçois mon premier "Bob et Bobette" est à marquer d’une pierre blanche dans la chronologie de cette guerre. Il est à jamais gravé dans ma mémoire comme l’un des plus heureux de ma vie. Bye Bye Babylone (P.O.L, 2010)
Une lueur que l’on retrouve dans toute la ville. Détruite par la guerre, la librairie iconique Antoine a été reconstruite et reste ouverte malgré des difficultés financières. Des librairies indépendantes, comme Aaliya’s Books, ont également ouvert leurs portes et proposent de mêler bar, livres et concerts. Enfin, un appel international de fonds appuyé par l’Unesco et appelé "Li Beirut" est mis en place. Il a notamment pour projet de soutenir la Bibliothèque orientale de l’université Saint-Joseph de Beyrouth dans ses réparations. Fondée en 1875, cette bibliothèque est une mine documentaire pour les recherches en géographie, histoire et science politique du Proche-Orient, ainsi que dans d’autres sciences humaines et religieuses. Elle regroupe plus de 230 000 ouvrages anciens et rares, 1 800 titres de revues périodiques, 3 500 manuscrits arabes et 100 000 documents photographiques datant du début du XXe siècle.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités