Bibliothèque

Montréal : interdit de sentir mauvais dans les bibliothèques

Montréal - Photo Wikimedia Commons

Montréal : interdit de sentir mauvais dans les bibliothèques

Une petite phrase s’est insérée dans les règlements intérieurs des bibliothèques de Montréal : il est interdit d’avoir une hygiène corporelle qui incommode les autres usagers ou le personnel. Court récit de la polémique, qui pose la question de la cohabitation des individus dans les médiathèques qui se pensent de plus en plus comme des lieux de vie pour le plus grand nombre.

J’achète l’article 1.5 €

Par Fanny Guyomard,
Créé le 04.12.2023 à 16h24

C’est la règle n°21 de l’article 3 du code de conduite des bibliothèques de l’arrondissement Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce (Montréal) entré en vigueur le 12 octobre : « Il est interdit pour tout usager d’avoir une hygiène corporelle qui incommode les autres usagers ou le personnel ». La personne qui contrevient à l’une des interdictions de l’article 3 « perd ses privilèges d’accès et d’emprunt dans l’ensemble des bibliothèques de l’arrondissement », pendant un jour, une semaine ou un mois en cas de récidive. Et doit payer une amende s’échelonnant de 350 dollars canadiens (238€) à 3 000 $ (2044€).

« Stigmatisation des personnes les plus marginalisées »

La nouvelle, relayée par le journal La Presse dans un article intitulé « Vous puez ? Vous sortez ! », a suscité la polémique. « On entre dans une zone extrêmement propice à la stigmatisation des personnes les plus marginalisées », a réagi dans ses colonnes Annie Savage, directrice du Réseau d’aide aux personnes seules et itinérantes de Montréal (Rapsim).

 

 

La maire de Montréal, Valérie Plante, a répondu dans un tweet (vu plus de 40 000 fois) que la formulation sera modifiée. « Il faut cependant reconnaître que le personnel des bibliothèques vit des situations délicates et complexes, qui nécessitent d’être mieux encadrées. Nous fournirons un guide d’accompagnement aux gestionnaires qui leur permettra d’appliquer en tout temps la réglementation ajustée de façon humaine, sensible et respectueuse », ajoute-t-elle. Ou comment concilier l’accueil de tous dans les médiathèques-lieux de vie, dans un contexte d’augmentation des inégalités et des écarts de niveaux de vie entre les individus.

Les dernières
actualités