Droits audiovisuels

A Montreuil, les éditeurs jeunesse séduisent les producteurs

DR

A Montreuil, les éditeurs jeunesse séduisent les producteurs

Pour la deuxième année consécutive, le programme Shoot the book! Jeunesse de la Scelf s’est tenu lors du Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil (SLPJ), réunissant cette fois 80 éditeurs et autant de producteurs.

J’achète l’article 1.5 €

Par Éric Dupuy,
Créé le 06.12.2023 à 17h01

Le 39ᵉ Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil (SLPJ), qui s’est clôturé lundi 4 décembre, a accueilli le 30 novembre la deuxième édition de Shoot the Book! Jeunesse.

En partenariat avec la Scelf et pour la première fois avec la Fedei, la Fédération des éditeurs indépendants, l’opération a réuni 80 éditeurs et autant de producteurs. Après une session de pitchs présentant 15 ouvrages sélectionnés par un jury de professionnels du cinéma et Nathalie Donakian, directrice littéraire du SLPJ, 190 rendez-vous en tête-à-tête entre 80 producteurs et autant d’éditeurs ont eu lieu.

« Mieux comprendre les critères de recherches des producteurs »

« J’ai pu rencontrer quatre producteurs et échanger plus en profondeur sur Naître fille et plusieurs collections de mon catalogue, confie à Livres Hebdo Nathalie Vock-Verley, directrice des éditions du Ricochet. Cette journée m’a permis d’amorcer une prospection plus structurée et mieux comprendre les critères de recherches des producteurs ». 

En amont du rendez-vous, certains éditeurs ont pu être formés au pitch par Isabelle Fauvel, d’Initiative film. La sélection du jury a présenté un panel complet d’ouvrage jeunesse, pouvant autant se décliner en long-métrage qu’en série, en réel ou en animé.

Lire : Shoot the book ! s'exporte en Argentine

Après six rencontres planifiées, de « nombreuses rencontres informelles qui permettent de suivre les projets en cours et d’organiser de futurs rendez-vous qui s’étalent sur les semaines qui viennent, témoignent Delphine de la Panneterie, directrice de droits audiovisuels chez Flammarion. Les livres présentés sont envoyés et nous attendons des retours de lecture ! », se réjouit-elle.  

« Un rendez-vous précieux à six mois du MIFA »

De l’ouvrage graphique d’esprits japonais réalisé par un auteur taïwanais aux aventures plus classiques de Charline et ses amis dans sa cabane interdite aux grands, en passant par un webtoon français, tous les genres de la littérature jeunesse furent représentés, pour le plus grand intérêt des producteurs. Selon le CNL en effet, les productions « jeunesse / animation » se distinguent des autres genres audiovisuels avec un taux d’adaptation qui s’élève à 27% entre 2015 et 2021. Au sein des coproductions françaises pour le cinéma, ce sont également les films d’animation ou jeunesse qui affichent le plus fort taux d’adaptation (35%).

« À environ six mois du MIFA (Marché International du Film d’Animation d’Annecy, ndlr) ce rendez-vous est précieux pour rencontrer les producteurs jeunesse et animation, échanger sur nos nouveautés et leurs recherches et actualités », explique Louis Jacobée, responsable de droits audiovisuels pour le groupe Madrigall. Des éditeurs de Nantes (Patayo), Clermont-Ferrand (La poule qui pond) et même Montréal (400 coups) ont participé à l’opération Shoot the book! Jeunesse qui devrait revenir pour une troisième édition l’an prochain, lors du 40ᵉ SLPJ qui aura lieu du 27 novembre au 2 décembre 2024.

Les dernières
actualités