Pas de rétablissement de l’ancien tarif postal "Livres & brochures" | Livres Hebdo

Par Hervé Hugueny, le 02.09.2019 à 18h05 (mis à jour le 02.09.2019 à 19h00) Export

Pas de rétablissement de l’ancien tarif postal "Livres & brochures"

Le sénateur Jean-Pierre Sueur - Photo NEJMI - FREE ART LICENCE

Le sénateur Jean-Pierre Sueur demandait au ministère de la Culture de rétablir les anciennes conditions d’expédition de livres à l’étranger, plus avantageuses.

Le tarif "Livres et brochures" pour les envois à l’étranger "ne correspond pas à une obligation juridique imposée à La Poste, mais relève bien d'une offre commerciale libre" rappelle en préambule le ministère de la Culture en réponse à une question écrite du sénateur Jean-Pierre Sueur (Groupe socialiste, Loiret) posée en mars dernier, pour signifier qu’il n’a aucune autorité sur l’entreprise à capitaux publics.
 
Relayant le mécontentement de professionnels du livre, le sénateur interrogeait le ministre sur les mesures qu’il compte prendre auprès de La Poste pour rétablir les anciennes conditions de ce tarif, maintenant réservées aux colis inférieurs à 2kg (soit 3,50 euros en zone 1, UE et Suisse), contre 5 kg auparavant (soit 6,90 euros en zone 1).
 
D’autre part, les envois supérieurs à 2kg passent dans la catégorie sacs spéciaux livres et brochures "tarifés sur une base de perception minimale de 5kg même si leur poids est inférieur" souligne l’auteur de la question, ajoutant que, "déjà affaiblis par la concurrence de grands groupes de distribution en ligne, les éditeurs français sont pénalisés par cette remise en cause progressive". Les libraires sont aussi concernés. Le kilogramme supplémentaire est 1,39 euros en zone 1, jusqu’à 25 kg. Le service est plus lent en contrepartie de cet avantage tarifaire.

Scinder les colis
 
Le ministère souligne que ce tarif reste néanmoins attractif (un colis de 2 kg coûte 18,20 euros en service normal), et qu’il entraîne un déficit croissant pour l’entreprise, laquelle doit aussi respecter le droit de la concurrence. "D'après les données de La Poste, la baisse du seuil maximum de 5 kilogrammes à 2 kilogrammes devrait concerner moins de 10 % du trafic sur cette offre, tandis que la moyenne des envois de livres et brochures s'établit à 850 grammes". Et il relaie la proposition de contournement formulée par La Poste elle-même : "si cela est possible, scinder les colis".
 
"Le ministère de la culture continuera d'appeler le groupe La Poste, ainsi que les entreprises concurrentes offrant des services commerciaux d'envois de livres vers l'étranger, à bien informer leurs clients sur leurs offres et à se montrer attentifs à la compétitivité des entreprises françaises du livre dans une économie mondiale très concurrentielle", insiste le ministère.
 
close

S’abonner à #La Lettre