Patrimoine

Plusieurs textes inédits de Louis-Ferdinand Céline retrouvés

Louis-Ferdinand Céline en 1932 - Photo GALLICA

Plusieurs textes inédits de Louis-Ferdinand Céline retrouvés

Volées puis passées de main en main, ces feuilles enferment des textes jamais publiés comme Casse Pipe et une partie de Mort à crédit. Le Monde en a dévoilé la course folle dans un article publié mercredi 4 août.

J’achète l’article 1.50 €

Par Pauline Gabinari,
Créé le 05.08.2021 à 17h30,
Mis à jour le 05.08.2021 à 18h00

C’est l’histoire de plusieurs milliers de pages noircies par l’écriture de Louis-Ferdinand Céline. Volées, cachées et abîmées par ce qui semblerait être l’humidité d’une cave, elles ont attendu près de 80 ans avant d’être révélées au grand jour. Le récit remonte à l’été 1944, au lendemain de la libération de Paris et court jusqu’à aujourd’hui, relatée dans les colonnes du Monde mercredi 4 juillet. 

Le 25 août 1944, tandis que le général de Gaulle célèbre la libération de la capitale devant l’Hôtel de ville, des membres des Forces françaises de l’intérieur (FFI) se réunissent. Ensemble, ils dressent une liste de ceux qu’ils soupçonnent collaborateurs puis décident de perquisitionner leurs logements. Louis-Ferdinand Céline est sur cette liste mais il n’y a personne dans son appartement de la rue de Girardon (Paris 18e). Cela fait déjà plusieurs semaines que l’écrivain, sa femme et leur chat Bébert ont fui le pays. Malgré l’absence du propriétaire, certains individus ne repartent pas les mains vides. 600 feuillets de Casse Pipe, 1000 autres de Mort à Crédit et de nombreux documents sont dérobés. Un vol que l'écrivain dénoncera toute sa vie dans ses lettres et ses romans.

Réapparition des manuscrits

A l'automne 2019, Lucette Destouches, la veuve de Céline, meurt à 107 ans. Son décès fera reparaître les manuscrits volés. Ancien journaliste à Libération, Jean-Pierre Thibaudat raconte au Monde comment, il y a une quizaine d'année, il a reçu les documents. "Il y a de nombreuses années, un lecteur de Libération m’a appelé en me disant qu’il souhaitait me remettre des documents. […] Ils étaient de la main de Louis-Ferdinand Céline. Il me les a remis en ne posant qu’une seule condition : ne pas les rendre publics avant la mort de Lucette Destouches, car, étant de gauche, il ne voulait pas “enrichir” la veuve de l’écrivain", explique-t-il. Peu après le décès de Lucette Destouches, l'ancien journaliste contacte Me Emmanuel Pierrat pour informer de l'existence des manuscrits. 

Expertisés "vrais" en mars dernier par la directrice du département des manuscrits de la Bibliothèque nationale de France, Isabelle Le Masne de Chermont, les manuscrits sont remis aux deux ayants droit de Lucette Destouches, François Gibault et Véronique Chovin. Les deux amis de la veuve avaient porté plainte pour recel de vol au début de l’année afin de pouvoir récupérer pleine possession des droits moraux et patrimoniaux de ces documents. Ils ont envisagent désormais de donner, sous forme de dation, les feuillets de Mort à crédit à la BnF, rejoignant Voyage au bout de la nuit préempté par l'Etat il y a vingt ans. 


Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités