Imaginaire

Pourquoi L’Ouest hurlant se cherche un nouveau directeur artistique

Pourquoi L’Ouest hurlant se cherche un nouveau directeur artistique

Pourquoi L’Ouest hurlant se cherche un nouveau directeur artistique

Désireux de renforcer sa dimension plurimédia, le festival d’imaginaire rennais L’Ouest hurlant recherche un directeur artistique pour la partie grand public de sa 2e édition. Xavier Dollo, qui s’en occupait, a décidé de se concentrer sur le seul volet scolaire.

J’achète l’article 1.5 €

Par Charles Knappek,
Créé le 07.09.2022 à 15h50 ,
Mis à jour le 08.09.2022 à 10h26

Nouveau rendez-vous des fans d’imaginaire, le festival rennais L’Ouest hurlant revoit déjà son organisation. Lancé au printemps, l’événement reposait pour sa première édition sur une double programmation grand public et scolaire chapeautée par un unique directeur artistique : Xavier Dollo. Le 3 septembre, ce dernier a annoncé sur les réseaux sociaux qu’il renonçait à la partie grand public.

La décision d’organiser, à compter de la 2e édition, les volets grand public et scolaire à des moments distincts est à l’origine de sa décision. « Je devais gérer deux programmations distinctes et... ce n'était pas possible, au vu de mes autres activités », a-t-il expliqué. En 2023, le festival se tiendra en effet à deux moments distincts et dans des endroits différents. Le volet grand public sera hébergé « dans un nouveau lieu plus proche du centre-ville » les 29 et 30 avril, tandis que l’accueil des publics scolaires sera organisé plus tard en mai, toujours dans les locaux de l’université Rennes 2.

Coorganisatrice du volet grand public et membre de l’association 18h05, créée en juillet 2022 pour en assurer la gestion, Fanny Ozeray justifie la scission de l’événement en deux rendez-vous séparés : « En concertation avec l’UFR de sciences sociales qui s’occupe des scolaires, nous ne sommes pas parvenus à trouver un créneau convenant à la fois à l’accueil du grand public et des collégiens/lycéens. » L’organisatrice fait notamment état de la nécessité pour le volet grand public de tenir compte du calendrier culturel rennais. « Nous nous sommes positionnés sur un week-end sans autre grand festival. C’est important pour attirer les visiteurs, détaille-t-elle. A contrario, l’université a des impératifs de dates d’examens et de vacances qui limitent la disponibilité de ses établissements. »

Profil plurimédia

Dans ce contexte, Xavier Dollo, par ailleurs déjà « très pris » par ses activités d’éditeur chez Argyll et d’auteur sous le pseudonyme de Thomas Geha, a jugé ne plus être en mesure d’assurer cette double mission. Pour le remplacer, L’Ouest hurlant indique avoir approché plusieurs personnes et espère communiquer le nom de son successeur dès octobre. Le festival profite de ces péripéties pour redéfinir son périmètre : « Nous ne perdrons pas notre identité très littéraire, mais nous recherchons une personne qui sera aussi à l’aise sur d’autres médias », poursuit Fanny Ozeray. Aux 18 tables rondes à forte dominante littéraire de la première édition viendront donc s’ajouter des rencontres abordant l’imaginaire dans toutes ses dimensions audiovisuelles. Les organisateurs espèrent également enrichir la programmation d’une exposition et d’un ou plusieurs concerts.

Autant de projets qui dépendront pour une large part des financements. D’accès gratuit et reposant sur une organisation bénévole, le festival a bénéficié en 2022 pour sa partie grand public de 37 790 euros de subventions de la part de la municipalité rennaise, de la Sofia ou encore du Crous de Rennes. Si les demandes de subventions pour le budget 2023 sont toujours en attente de validation, la rémunération globale des parties prenantes (direction littéraire, mais aussi intervenants rétribués selon les tarifs préconisés par la Charte) constituera le principal poste de dépense.

 

Les dernières
actualités