Programmes de printemps (6/8) : chez Interforum, de la fiction grand public et des mangas | Livres Hebdo

Par Isabel Contreras, le 29.04.2020 à 19h02 (mis à jour le 30.04.2020 à 18h00) Reprise de l'activité

Programmes de printemps (6/8) : chez Interforum, de la fiction grand public et des mangas

Livres Hebdo présente dans une série d'articles la reprise des mises en vente de livres chez chacun des principaux distributeurs après deux mois de confinement. Sixième volet : la distribution chez Interforum, dont les offices démarrent le 28 mai.

Chez Interforum, la filiale logistique d’Editis, la reprise aura lieu le 28 mai. Comme les autres distributeurs, cette société va livrer des ouvrages déjà prospectés avant le confinement, ainsi qu'une sélection de nouveautés. «Nous travaillons dans une approche complètement concertée et consolidée avec Gründ diffusion et Nathan diffusion, explique la directrice générale adjointe d’Interforum, Marie-Pierre Sangouard. Nos programmes ont été évidemment allégés.»

Les représentants d’Interforum ont repris le télétravail cette semaine. «Nous allons évaluer à nouveau les quantités à venir, revalider les réassorts et remettre en lumière les titres du 12 mars dont certains ont fait l’actualité durant le confinement ou se trouvent encore sur des listes des prix littéraires», indique Marie-Pierre Sangouard.

Des locomotives en fiction

Côté nouveautés, XO dégainera le 20 mai, en avance sur l'office de reprise, La Vallée de Bernard Minier. Distribué par Interforum, Le Seuil publie le 28 mai son poids lourd, John Le Carré (Retour de service). En juin suivront, chez XO, les romans de Nicolas Vanier (Poly) et de Romain Sardou, qui signe son grand retour avec Un homme averti ne vaut rien. Au Cherche Midi, Steve Berry présente Les saintes reliques quand les Presses de la cité vont mettre en avant les nouveautés de Douglas Kennedy et de Françoise Bourdin. Belfond proposera David Nicholls (Summer mélodie). Chez Robert Laffont, hors d'un essai autour du virus (Covid-19: et après…, de Frédéric Lefebvre et Bernard Chaussegros, le programme portera uniquement sur la fiction. Parmi les points forts, Terre maudite de Juan Francisco Ferrandiz.

La pandémie dans les essais

Le programme s’est sensiblement réduit chez Perrin, qui ne publiera que 25% des titres initialement prévus. Plon a plutôt privilégié la sortie de titres en poche dans sa collection «Abeille». L’éditeur remet notamment en circulation Dépasser Darwin, du professeur Didier Raoult.

La Découverte a reporté 11 titres et en publiera 8 en grand format, dont La fabrique du consommateur d’Anthony Galluzzo, dans sa fameuse collection «Zones». Le Seuil annonce pour juin un document inédit signé par un collectif sous la direction de Jérôme Fourquet, En immersion. Enquête sur une société confinée (titre provisoire). L’éditeur attend beaucoup d’Un amour de Kessel de Dominique Missika alors qu’en parallèle, Gallimard (distribution Sodis) lance en juin dans sa Bibliothèque de la Pléiade deux volumes consacrés à Joseph Kessel.

Demon Tune ou Schwartz Ragnarok

En jeunesse, Robert Laffont prévoit notamment Roches rouges d’Olivier Adam et les troisième et quatrième volumes de la série Petit voleur d’ombres de Marc Levy. Dans le rayon young adult, PKJ mise le 20 mai sur Suzanne Collins et son préquel inédit de sa saga à succès Hunger games (La ballade du serpent et de l’oiseau chanteur). L’éditeur d’Univers poche pousse aussi Estelle Maskame, auteure de la série Dimily, qui revient avec Sweet Revenge. Côté manga, toujours chez Univers Poche, Kurokawa lance en fanfare le 20 mai le tome 1 de Demon Tune. En juin, l’éditeur publie notamment les nouveautés Schwartz Ragnarok et le comics Detective Pikachu. Les grosses mises en place concernent FullMetal Alchemist édition Perfect T03 (28 mai) ainsi que One Punch Man 20, Goblin Slayer 8 et Moi quand je me réincarne en slime 11 (18 juin).

En poche, Pocket prépare la période estivale avec Raphaëlle Giordano (Cupidon a des ailes en carton), Danielle Steel (Mise en scène, Prisonnière) ou Agnès Martin-Lugand (Une évidence). L’éditeur accueille dans son catalogue Philippe Besson (Un certain Paul Darrigrand), auparavant chez 10/18. Ce dernier, propose parmi ses titres un inédit d’Anne Perry et un coup de cœur policier, Les sept morts d’Evelyn Hardcastle, de Stuart Turton.
 
close

S’abonner à #La Lettre