Bibliothèque

Rhône : deux bibliothécaires sanctionnées à Saint-Priest

Photo tirée de la page Facebook de la médiathèque de Saint-Priest - Photo DR

Rhône : deux bibliothécaires sanctionnées à Saint-Priest

Deux visions s'opposent pour le projet de la nouvelle médiathèque de Saint-Priest (Rhône), près de Lyon : rester centré autour du livre, ou mettre l'accent sur d'autres activités pour attirer les non-lecteurs. Un désaccord qui a même conduit à des sanctions.

J’achète l’article 1.5 €

Par Fanny Guyomard,
Créé le 13.07.2023 à 14h11

Une bibliothèque doit-elle forcément être un tiers-lieu ? C’est la question qui oppose un maire et des bibliothécaires de la médiathèque de Saint-Priest (Rhône), dans la métropole de Lyon. Un désaccord qui a conduit à des sanctions pour deux agentes, à savoir mutation et blâme. 

Le motif officiel : elles ont dépassé le budget alloué sur le marché public. « C’est plutôt qu’elles ont voulu augmenter le seuil du marché public pour certains genres, et ont pris cette initiative sans en informer la directrice, parce qu’elles géraient les marchés publics toutes seules depuis des années », nuance un autre bibliothécaire auprès de Livres Hebdo.

« Le Maire veut que son projet de rénovation soit poursuivi avec des agents qui sont d’accord avec lui. Celle qui parlait plus fort a été mutée dans un autre service, celle qui fait tellement d’animations était trop essentielle donc a “seulement” eu un blâme », affirme de son côté un représentant de la CGT. La directrice a elle été recrutée pour mener à bien le projet.

Supprimer la moitié de livres

Le projet : une médiathèque qui attire les non-lecteurs via d’autres activités, notamment les animations. D’après les consultants, la bibliothèque actuelle a trop de livres par rapport aux recommandations nationales : 90 000, pour une ville de 50 000 habitants. Il faudrait donc en supprimer la moitié. Un chiffre joue contre les bibliothécaires : peu de lecteurs actifs. « Car le prêt est illimité, donc les familles prennent une seule carte pour tous leurs membres. Mais les chiffres d’emprunts par carte sont bons ! », assure un bibliothécaire.

Un autre poursuit : « Ce que je retiens du diagnostic et qui me choque, c’est qu’il faut accorder moins d’importance au livre parce que les gens lisent de moins en moins. Or, notre rôle, c’est de justement faire de la médiation pour amener le livre auprès de ceux qui lisent moins ! ».

« Nous sommes d’accord pour élargir les usages. Mais jusqu’à quel point ? L’un des modèles présentés par un diagnostic est une MJC ! Notre mission d’information autour des livres imprimés n’est pas reconnue comme un enjeu important », poursuit la même source. 

Contactée, la mairie de Saint-Priest n’a pas encore répondu à notre demande d’interview.

Les dernières
actualités