A Saint-Paul-lès-Dax, un Espace culturel Leclerc redynamisé | Livres Hebdo

Par Marine Durand, le 18.07.2016 à 18h32 (mis à jour le 25.07.2016 à 13h20) Sept librairies en croissance

A Saint-Paul-lès-Dax, un Espace culturel Leclerc redynamisé

Espace culturel Leclerc du Grand Mail à Dax

Chaque lundi pendant l'été, Livres Hebdo vous propose de découvrir une librairie française en pleine croissance. Troisième épisode de la série avec l'Espace culturel Leclerc de Saint-Paul-lès-Dax (Landes), 116e au classement Livres Hebdo des 400 premières librairies françaises.

Alors qu'il avait fini en négatif fin 2014, à la suite de son déménagement au sein de la galerie marchande du Grand Mail, l'Espace culturel Leclerc de Saint-Paul-lès-Dax, dans les Landes, a su redresser la barre en 2015 : avec ses 500 m2 dédiés au livre et son chiffre d'affaires de 1 929 628 euros (contre 1 689 299 l'année en 2014), l'enseigne figure à la 116e place du classement Livres Hebdo des 400 premières librairies françaises. Attentif aux tendances, le responsable librairie, Jean-Robert Traouen, détaille sa stratégie.

Livres Hebdo : Comment expliquez-vous la progression de votre chiffre d'affaires ?

Jean-Robert Traouen : A la fin de l'année 2014, nous avons déménagé et réimplanté le magasin dans la galerie marchande, en passant d'un espace de 1200 m2 sur deux étages à 900 m2 de plain-pied. J'avais donc réduit les commandes et nous avions terminé l'année en négatif, mais nous avons su réaliser un très bon exercice 2015, en gardant le même nombre de références mais en faisant plus de choix sur les offices et en obtenant une meilleure rotation des stocks.

Quelles sont les caractéristiques de la librairie ?

Saint-Paul-lès-Dax est une ville thermale, qui attire des curistes dès le mois de mars. Nous avons donc un fonctionnement saisonnier, et mettons en place par exemple les opérations poche dès le printemps. Le rayon BD tient une place centrale, tandis que le rayon jeunesse est également très développé. Cela correspond aux attentes de notre clientèle, qui est très diversifiée.

Quelles sont vos perspectives de développement ?

Nous sommes en train d'aménager un petit rayon culture geek, et nous sommes évidemment attentifs aux tendances. Nous allons donc agrandir un peu notre rayon bien-être, en mettant l'accent sur les produits dérivés, comme les cartes de tarot. Il faut évidemment être vigilant avec ce type d'offre, mais cela occupe un petit espace sans court-circuiter nos ventes de livres. Nous prévoyons aussi de modifier notre dispositif pour la rentrée. A côté du podium d'entrée de magasin dédié à la rentrée scolaire, nous installons cette année un podium littérature. Cela permet de casser les habitudes, et c'est important pour l'image de la librairie.

Sept librairies en croissance

close

S’abonner à #La Lettre