Québec

Succès de l'opération "J’achète un livre québécois"

L'opération à la librairie Le Port de tête à Montréal - Photo VINCY THOMAS

Succès de l'opération "J’achète un livre québécois"

L’opération estivale "Le 12 août, j’achète un livre québécois", lancée en 2014, révèle l’impact extrêmement favorable de l’initiative sur les ventes immédiates de littérature québécoise.

J’achète l’article 1.50 €

Par Léopoldine Leblanc,
Créé le 23.11.2017 à 15h38,
Mis à jour le 23.11.2017 à 16h00

Lassés des discours négatifs sur l’industrie du livre au Québec, les auteurs Patrice Cazeault et Amélie Dubé ont lancé en 2014 une opération web visant à réveiller la curiosité des lecteurs pour la littérature québécoise. "Le 12 août, j’achète un livre québécois" est depuis un succès pour l’ensemble de la région. Après compilation des chiffres, la société de gestion de la Banque de titres de langue française (BTLF) a récemment publié des résultats qui illustrent comment cette initiative a significativement modifié les habitudes d’achat estivales des Québécois.

Alors que les achats de livres du mois d’août se concentrent sur le scolaire avant 2014 (avec 40$ de budget dédié à ce secteur pour 100$ dépensés en livres québécois de toutes catégories), l’invitation du 12 août a contribué à tripler la part accordée habituellement à la fiction québécoise. En moyenne, 33$ sont consacrés aux romans des auteurs québécois pour les quatre éditions de l'opération, contre 9$ avant 2014.
 
Extrait du bilan de la BTLF sur l’initative "Le 12 août, j’achète un livre québécois" - Photo BTLF

Pour l’ensemble des éditions, l’étude constate des retombées immédiates sur les ventes de livres québécois pour les librairies indépendantes et un profit à l’échelle de l’ensemble du Québec. Le 12 août 2017, la BTLF souligne une hausse de +390% pour les ventes en librairies, avec une multiplication par 5 des titres de fiction. Dans une moindre mesure, l’attention portée au monde du livre pour chaque édition du 12 août favorise également les ventes de livres étrangers, avec une hausse de 25% des ventes. En 2015, les libraires avaient constaté une hausse record de 483% des ventes de livres québécois.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités