GRANDS PRIX D'AUTOMNE

[Sur la route du Goncourt 2021] Agnès Desarthe, "L'éternel fiancé" (L'Olivier) : les valses de l'existence

Agnès Desarthe. - Photo DANTE DESARTHE

[Sur la route du Goncourt 2021] Agnès Desarthe, "L'éternel fiancé" (L'Olivier) : les valses de l'existence

Dans l'attente de connaître le 3 novembre le nouveau lauréat 2021 du prix Goncourt, Livres Hebdo revient sur les 16 romans de la première sélection.

Par Dahlia Girgis,
Créé le 23.09.2021 à 17h55,
Mis à jour le 23.09.2021 à 18h00

Le prix littéraire le plus attendu de la saison, le Goncourt, annoncera son lauréat 2021, le 3 novembre.  Livres Hebdo vous propose de revenir sur chacun des 16 romans en lice, révélé dans une première sélection le 7 septembre.
 
Paru le 19 août, L'éternel fiancé (L'Olivier) d'Agnès Desarthe explore les aléas de la vie et notamment de l'amour. La première fois qu'ils se sont rencontrés, c'était lors d'un concert de Noël à la mairie. Etienne lui avait dit : "Je t'aime parce que tu as les yeux ronds". La narratrice, âgée de 4 ans, lui avait rétorqué : "Je ne t'aime pas. Parce que tu as les cheveux de travers". Au lycée, ils se retrouvent, mais Etienne ne se rappelle de rien. Un accident contraint la narratrice à être hospitalisée. Elle retourne à l'école et découvre Etienne sous le charme d'Antonia.

Des années plus tard, ils se recroisent. Elle se souvient de tout, lui toujours de rien. Rythmé par une passion commune pour la musique, chacun de son côté poursuit son développement. Ils fondent des familles, ont des enfants, changent de métier... Leurs chemins ne cessent de se recroiser. Plus qu'une histoire d'amour, Agnes Desarthe rend vibrantes les simples émotions du quotidien.
"Ces scènes - et bien d'autres encore - sont les images où viennent s'inscrire les moments d'une existence qui, sans eux, serait irrévocablement vouée à l'oubli", précise l'éditeur.

Le roman, déjà vendu à près de 6500 exemplaires selon GFK, se classe 37e, dans le top 50 fiction de GFK/Livres Hebdo.

De la traduction aux prix littéraires

Née en 1966, Agnès Desarthe est agrégée d'anglais. Une formation qui lui permet d'aborder le monde des lettres par la traduction. Elle écrit, dès 1992, des œuvres en jeunesse, puis des romans pour adultes et des essais. Elle a notamment été récompensée par le Prix du livre Inter 1996 pour son roman Un secret sans importance (L'Olivier) et par le Renaudot des lycéens 2010 (Dans la nuit brune, L'Olivier) et en 2015 par le Prix littéraire du Monde pour Ce coeur changeant (L'Olivier).

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités