Montreuil 2021

Sylvie Vassallo : « Un salon de Montreuil riche en émotion »

Les allées du SLPJ 2021 avant l'inauguration - Photo T. Giraud / LH

Sylvie Vassallo : « Un salon de Montreuil riche en émotion »

Dans un contexte sanitaire incertain, le Salon du livre et de la presse jeunesse (SLPJ) de Montreuil touche à sa fin. Malgré une baisse de 18 % de la fréquentation (151 000 visiteurs au total), essentiellement liée à la mise en place de jauges de sécurité, la directrice de l’événement Sylvie Vassallo dresse un bilan « très favorable » de cette édition placée sous le signe de la lecture Grande cause nationale.

J’achète l’article 1.5 €

Par Charles Knappek ,
Créé le 06.12.2021 à 20h07

Quel bilan tirez-vous de cette édition 2021 du SLPJ ?
Sylvie Vassallo :
Cette édition est émouvante car nous avons renoué avec une certaine forme de normalité, symbolisée par la venue à Montreuil de quelque 1 000 auteurs en dédicace et 400 éditeurs. Nous sommes d’autant plus heureux que la préparation du salon, dans le contexte actuel d’aggravation de la crise sanitaire, nous a doublement mobilisés pour assurer la sécurité des visiteurs. Nous étions aussi inquiets quant aux conséquences de la reprise épidémique sur la fréquentation. In fine, il y aura environ 18 % de visiteurs de moins qu’en 2019 (151 000 visiteurs au total, ndlr), mais cette baisse s’explique surtout par l’instauration de jauges sanitaires, en particulier en direction des groupes scolaires (réduits à 24 000, ndlr). J’ajoute que le bilan du salon ne tient pas seulement au nombre de visiteurs, mais aussi à la qualité des publics présents. Les habitués du salon sont venus, dont en particulier de nombreux acteurs des centres sociaux et des milieux associatifs. Les énormes files d’attente ont aussi montré l’engouement toujours vif des jeunes lecteurs pour leurs auteurs favoris.

Le salon se déroulait cette année dans le contexte de la lecture Grande cause nationale. Comment avez-vous abordé cet enjeu ?
Ce lundi, nous avons consacré toute la journée professionnelle à "La lecture, Grande nationale" à travers l’organisation de rencontres et de tables rondes en lien avec cette thématique. Pour notre part, nous participons à l’Alliance pour la lecture, collectif inédit de 70 acteurs du champ culturel et social qui a obtenu le label Grande cause nationale. L’ambition et l’objectif était d’appeler à la mobilisation en particulier sur les questions d’inclusion sociale des publics qui éprouvent des difficultés fonctionnelles d’accès à la lecture. On le sait trop peu, mais environ 10 millions de personnes en France souffrent de troubles DYS, de la vision, de l’audition ou encore de handicap intellectuel ou moteur qui les empêchent d’accéder aux livres de l’édition classique. Ces publics ont besoin d’éditions adaptées, mais aussi de formes de médiation qui les aident à accéder au livre.

Vous mettez aussi l’accent en direction des populations éloignées du livre à travers l’opération « Des livres à soi », que vous avez initiée en 2014 et qui connaît maintenant une résonance nationale.
On constate au quotidien qu’il est important de lire des histoires à la maison. Parfois ce n’est pas possible pour des raisons de confiance en soi, d’accès à la langue, de dysfonctionnement de lecture ou tout simplement par manque d’habitude… En 2014, le CLPJ a donc monté ce projet "Des livres à soi" pour former des parents à la littérature jeunesse : par une mise en situation simple, nous leur permettons de façon aisée et rapide de prendre confiance en eux pour des temps de lecture partagée. Grâce au ministère de la Culture, ce projet se développe aujourd’hui à l’échelle nationale de manière très rapide. Nous avons réalisé cette année un Web-documentaire, diffusé en exclusivité au salon et désormais accessible à tous afin de montrer comment fonctionne le programme.

Comment ont été accueillies les récentes innovations du salon ?
Les innovations de l’édition confinée de 2020 ont été pour la plupart réitérées. Nous avons proposé trois heures d’émissions littéraires quotidiennes sur la Télé du Salon, avec de nouvelles séries et 130 créations originales qui dévoilent le dessous des cartes de la création en littérature jeunesse. Disponibles en replay, ces 130 capsules constituent une banque de données désormais accessible à tous, comme le sont aussi les webinaires professionnels des 2 et 3 décembre. Sur site, les cinq alcôves Kibookin, petits espaces de lecture proposant une sélection des nouveautés de l’année, ont été particulièrement appréciées. L’idée est d’aider le public à s’y retrouver dans la masse de production ; le dispositif s’accompagne de l’installation de marques-pages Kibookin sur les stands des éditeurs. Nous avons aussi déployé l’espace Des livres à soi pour accompagner les bibliothécaires associés à l’opération. Enfin, l’aire de jeu, nouvel espace qui propose de découvrir la littérature par le jeu, a bénéficié d’un accueil très enthousiaste des enfants.

Quel regard portez-vous sur les titres récompensés cette année ?
Lucie Félix, récompensée pour la qualité de son travail, est une magnifique Grande Ourse. La moisson des Pépites est quant à elle exceptionnelle, avec une osmose parfaite entre le jury d’enfants et le jury professionnel. Les livres primés dans les différentes catégories abordent tous de façon très sensible des questions auxquels les enfants d’aujourd’hui sont confrontés. Il y est question de difficulté à se situer par rapport à son genre, de harcèlement scolaire, de phobie scolaire ou encore la difficulté de parler de ses émotions. Bien sûr, la littérature jeunesse n’apporte pas de réponses à ces interrogations, mais elle leur procure une sensibilité, une émotion, une écriture, qui leur permettent de prendre place dans ce monde et de nouer le dialogue entre eux.

Les dernières
actualités