Bibliothèque

Touchée par l'insécurité, une bibliothèque parisienne ferme ses portes

Photo GOOGLE MAP

Touchée par l'insécurité, une bibliothèque parisienne ferme ses portes

En raison de l’insécurité environnante, les agents de la bibliothèque de la Goutte d’or, située dans le XVIIIe arrondissement de Paris, ont fermé les portes de l’établissement. 

J’achète l’article 1.50 €

Par Thomas Faidherbe,
Créé le 19.11.2020 à 14h42,
Mis à jour le 19.11.2020 à 15h00

Depuis le 17 novembre, la bibliothèque de la Goutte d’Or, située dans le XVIIIe arrondissement de Paris, a fermé ses portes, en raison de la montée de la délinquance et de la violence autour de l’établissement.

Face à cette insécurité, les agents de l’établissement culturel ont exercé leur droit de retrait. Quotidiennement, les professionnels de la bibliothèque sont "témoins d’actes de violence : bagarres, coups de couteau, vols à l’arraché, balle perdue fichée dans le montant de la vitrine, pétard ayant atterri dans la bibliothèque" déclarent les agents. 
 
Photo TWITTER - JDSE


Pour répondre à cette incivilité, l'ensemble du personnel de la bibliothèque de Goutte d’Or a décidé d’envoyer une lettre ouverte à la maire de Paris, Anne Hidalgo et au maire socialiste de larrondissement, Eric Lejoindre. A l'heure où nous écrivons, aucun élu n'a encore réagit.

Situation dégradée

Dans cet appel au secours, les bibliothécaires signalent leur inquiétude dans ce quartier "devenu un point de deal de drogues en tout genre".  En moyenne, une quarantaine de dealers opèrent devant les portes de l’établissement. Depuis de nombreuses années, le nombre de policiers est en sous-effectifs malgré les promesses des gouvernements successifs. dans ce quartier à la fois densément peuplé et touristique. La situation sécuritaire dans le secteur s'est très fortement dégradé depuis le déconfinement malgré quelques opérations policières.

Selon les agents, nombreux sont les usagers qui préfèrent ne plus fréquenter l’établissement dans ce climat "d’insécurité physique et psychologique". 

La fermeture est prévue jusqu’à "jusqu’à ce que des solutions pérennes et réelles soient mises en œuvre", précise le communiqué. "Les retraits de documents commandés et les retours de documents empruntés sont suspendus" ajoute-t-il.  
 

Courrier de la Bibliothèque de la Goutte d'or

À l’attention de :

Mme Anne Hidalgo, Maire de Paris
Mme Carine Rolland, Adjointe à la Maire de Paris en charge de la Culture
M. Eric Lejoindre, Maire du 18ème
Mme Sophie Fady-Cayrel, Directrice adjointe aux Affaires Culturelles
Mme Véronique Astien, Sous-directrice de l’Éducation Artistique et des Pratiques Culturelles
M. Emmanuel Aziza, Chef du Bureau des Bibliothèques et de la Lecture

Mesdames, Monsieur,

Nous travaillons à la bibliothèque Goutte d’Or qui a ouvert en décembre 1999 dans le quartier du même nom. C’est une bibliothèque familiale, située dans un quartier populaire, où nous avions plaisir à venir travailler jusqu’ici et à retrouver nos fidèles usagers. Nous observons depuis quelques années une montée de la délinquance et de la violence liée aux nombreux trafics qui se sont installés au fil du temps. Depuis le mois de juin et le déconfinement, la situation s’est profondément dégradée puisque la bibliothèque se situe au centre d’un point de deal de drogues en tout genre. Une moyenne de quarante dealers opère devant nos portes, faisant usage des produits, installés voire même allongés sur les marches.

Il n’y a plus de vie de quartier à cet endroit (certaines boutiques ont même dû fermer), devenu le territoire exclusif des dealers.

Quotidiennement, nous sommes témoins d’actes de violence : bagarres, coups de couteau, vols à l’arraché, balle perdue fichée dans le montant de la vitrine, pétard ayant atterri dans la bibliothèque, dégradations de l’espace public (détritus disséminés tout autour du site) et bruits incessants. En juillet 2020, un homme est mort de ses blessures à l’entrée de la bibliothèque. Aujourd’hui, mardi 17 novembre 2020, nous découvrons à notre arrivée sur notre lieu de travail que les vitres de la façade de notre bâtiment ont été fracassées pendant le weekend.

À cette violence quotidienne s’ajoute le contexte sanitaire. À chacune des entrées et sorties de la bibliothèque, il faut se frayer un chemin parmi les dealers et les drogués qui ne portent pas leur masque, mettant notre santé et celle de nos usagers en péril.

Nombreux sont les usagers qui nous font part de leur peur, des vols et agressions qu’ils ont subis et de leur décision de ne plus fréquenter notre établissement. Nous soulignons que cet espace public entièrement masculin est particulièrement oppressant pour les personnes (usagères ou employées) de sexe féminin.

Parce que nous nous sentons en perpétuelle insécurité physique et psychologique, parce nous ne pouvons accueillir nos usagers dans ces conditions, parce que les voies hiérarchiques que nous avons scrupuleusement respectées jusqu’ici ont été inopérantes, les membres présents de l’équipe prennent aujourd’hui la décision de ne pas ouvrir l’établissement jusqu’à ce que des solutions pérennes et réelles soient mises en œuvre.

L’équipe de la Bibliothèque Goutte d’Or


Commentaires (1)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous
m

Médiathèque

il y a 2 mois à 17 h 49

Merci pour cette triste information. Tout mon soutien aux bibliothécaires concernés Coquilles dans l’article : • « …et au maire socialiste de l’arrondissement… » • « …n'a encore réagi. » • « La situation sécuritaire dans le secteur s'est très fortement dégradée » • La fermeture est prévue "jusqu’à ce que des solutions Christine Molard Médiathèque de Suresnes


On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités