Russie

Un écrivain russe crée la polémique en rejoignant le front ukrainien

Zakhar Prilépine en 2012. - Photo BESTALEX/CC0

Un écrivain russe crée la polémique en rejoignant le front ukrainien

La décision de Zakhar Prilépine, auteur du Singe noir (Actes Sud) et du Journal d’Ukraine (La Différence), de former son propre bataillon au côté des séparatistes dans l’est de l’Ukraine provoque la colère de ses confrères.

J’achète l’article 1.50 €

Par Cécilia Lacour,
avec AFP,
Créé le 22.02.2017 à 16h19,
Mis à jour le 22.02.2017 à 19h13

L’un des écrivains les plus en vue de Russie, Zakhar Prilépine, auteur du Singe noir (Actes Sud) et du Journal d’Ukraine (La Différence), plébiscités dans le pays où ils se classent parmi les meilleures ventes et ont raflé plusieurs prix littéraires, a annoncé la semaine dernière au quotidien Komsomolskaïa Pravda avoir rejoint les combattants séparatistes de l’est de l’Ukraine et y avoir formé son propre bataillon.
 
Cet écrivain de 41 ans, dont le premier roman, Pathologies, sera réédité le 9 mars aux éditions des Syrtes, est connu pour sa proximité avec les rebelles pro-russes. Depuis le début du conflit au printemps 2014, il a soutenu l’annexion de la Crimée par la Russie et a fréquemment voyagé dans l’est de l’Ukraine, travaillant comme "consultant" d’Alexandre Zakhartchenko, dirigeant d’une des deux républiques séparatistes. 
 
Gagner "de l’argent avec le terrorisme"
 
Sa décision de rejoindre le front ukrainien aux côtés des séparatistes a choqué la scène littéraire russe. "Quand tes livres sont de la merde, il faut bien que tu gagnes de l’argent avec le terrorisme", a réagi sur Facebook Viktor Pelevine, auteur de Dieux et mécanismes (Alma) ou encore d'Un monde de cristal (Seuil).

De son côté, le journaliste et écrivain Dmitri Bykov, connu pour sa biographie de Boris Pasternak (Fayard) qui a reçu le prix Russophonie en 2013, estime, dans une interview donnée au quotidien Gazeta.ru, que Zakhar Prilépine "mérite d’être détesté". La poétesse Vera Polozkova, non traduite en France, a usé de mots encore plus durs en affirmant sur Facebook qu’elle "ouvrira une bouteille de champagne quand ils feront finalement […] exploser sa tête".
 
Promotion de son dernier ouvrage
 
D’autres auteurs l’accusent de faire sa promotion alors que Zakhar Prilépine a quitté le front pour présenter un nouvel ouvrage intitulé Peleton: officiers et rebelles de la littérature russe, qui raconte les histoires d’écrivains ayant pris les armes.
 
"Je pense qu’un écrivain a le droit de prendre n’importe quelle position, s’est justifié Zakhar Prilépine, mardi, au cours d’une conférence de presse organisée à Moscou relatée par l'AFP. Il peut brandir un drapeau appelant à la paix ou prendre les armes".

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités