ARCHIVES

Contrairement aux Bibliothèques universitaires autorisées à recevoir du public sur rendez-vous et dans le respect d'une jauge,  les archives ont dû fermer leurs portes au public depuis le 30 octobre. Une situation délicate pour des milliers de chercheurs, d'étudiants et de professeurs universitaires dont les travaux sont conditionnés par un accès ouvert et libre aux archives de leurs champs d'investigation. Dans une pétition baptisée "Laissez accessibles les archives aux étudiants et aux chercheurs !" publiée sur Change.org, près de 1200 signataires demandent aujourd'hui la réouverture des services d'archives dans le respect des règles sanitaires.

Pour Laurent Coste, professeur d'histoire à l'université Bordeaux Montaigne à l'origine de cette initiative, "cette pétition rejoint les préoccupations d'un certain nombre de services d'Archives et de conseils départementaux dans le pays. Il faut multiplier les moyens de pression. Si les présidents d'Université sollicitent les préfets et les recteurs de leur région, nos demandes légitimes n'en auront que plus de poids".  L'historien rappelle que pendant le premier confinement au printemps dernier, la fermeture brutale des archives communales, départementales et nationales avait "fortement perturbé le travail des étudiants de master, des doctorants, des chercheurs et des enseignants-chercheurs, en particulier dans les Sciences humaines (histoire, histoire de l'art, littérature, etc)"

Premières à répondre à cet appel, les archives départementales de la Gironde à Bordeaux ont rouvert en partie depuis lundi 16 novembre, sur autorisation de la préfecture de la Gironde. Les professionnels (chercheurs, généalogistes professionnels, notaires et étudiants) peuvent désormais venir y consulter les documents sur place en salle de lecture mais uniquement sur rendez-vous. 

En attendant d'éventuelles ouvertures ou un assouplissement des règles de consultation, de nombreux services d'archives offrent un accompagnement virtuel telles que les Archives Nationales à Paris et Pierrefitte-sur-Seine qui répondent aux demandes de recherche, de reproduction, d’autorisation de consultation et de dérogation via leur Salle des Inventaires virtuelle.

D'autres profitent du confinement pour lancer de nouveaux outils, comme les Archives du Doubs qui viennent de mettre en ligne leur nouveau portail de recherches où sont consultables près d'un million d’images en ligne et la description de milliers de documents disponibles en salle de lecture. 

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités