Faits divers

Vol de livres russes : la BNF porte plainte

Pologne, une fausse copie de la première édition d'ouvrage de Pouckhine édité en 1822. - Photo AFP/WOJTEK RADWANSKI

Vol de livres russes : la BNF porte plainte

Comme d'autres institutions françaises et étrangères avant elle, la Bibliothèque nationale de France (BNF) a déclaré, mercredi 31 janvier, que certains livres rares russes avaient disparu de ses rayons. Une plainte a été déposée.

Par Élodie Carreira,
avec AFP Créé le 01.02.2024 à 13h57

« Nous avons été victimes de vols, et nous avons déposé plainte. Nous ne commentons pas les faits, qui font l'objet d'une enquête », a indiqué à l'AFP une porte-parole de la Bibliothèque nationale de France (BNF). À l’instar d’autres institutions françaises, suisses ou polonaises, la BNF s’est vu dérobée des éditions rares de livres d’auteurs russes. Une affaire déjà relayée par Le Parisien début janvier, lorsque la Bibliothèque de l’Arsenal, site de la BNF, avait été touchée. 

Une première plainte a été déposée en novembre, en Pologne. Le nombre de vols n'avait alors pas été précisé. En France, une plainte similaire a déjà donné lieu à trois mises en examen pour des vols à la bibliothèque universitaire de l'Institut national des langues et civilisations orientales (Bulac) et de l'ENS Lyon. Commis par un groupe de Géorgiens, d'après les premiers éléments de l'enquête, les vols visent des éditions originales ou rares de grands écrivains russes comme Alexandre Pouchkine, conservées dans des collections en dehors de Russie.

Un mode opératoire sophistiqué

La section du parquet de Paris chargée de la délinquance organisée a d'abord saisi la Brigade de répression du banditisme (BRB) d'une enquête pour vol commis en bande organisée. Les enquêteurs ont ensuite fait un rapprochement avec des faits semblables commis à Lyon. Les investigations sont désormais confiées à l'Office central de lutte contre le trafic de biens culturels (OCBC).

En deux ans, les rayons de littérature russe du XIXe siècle, en Pologne et dans les pays baltes, ont été pillés selon le même opératoire sophistiqué que dans les bibliothèques prises pour cibles. Lundi 29 janvier, en Estonie, un homme du nom de Beqa Tsikeridze a été condamné pour le vol de livres de Pouchkine et Nicolas Gogol à l'université de Tartu, à deux ans de prison, cinq ans d'interdiction du territoire et 158 000 euros de dommages et intérêt. De son côté, la BnF a affirmé avoir renforcé ses procédures de sécurité.

Les dernières
actualités