distinction

Yamen Manaï, prix Orange du livre en Afrique 2022

Gabriel Carrère

Yamen Manaï, prix Orange du livre en Afrique 2022

L'écrivain tunisien Yamen Manaï a été distingué mardi 14 juin au musée des civilisations noires de Dakar par le prix Orange du livre en Afrique pour son roman Bel abîme (Elyzad, 2021). Il a reçu une dotation de 10 000 € et dispose d'une campagne de promotion pour son ouvrage.

Par Adriano Tiniscopa ,
Créé le 15.06.2022 à 17h09

Le prix Orange du livre en Afrique a été remis mardi 14 juin au soir à Dakar à Yamen Manaï pour son quatrième roman Bel abîme aux éditions Elyzad. L'écrivain remporte 10 000 € et une campagne de promotion pour son livre. Le prix récompense depuis 2019 un roman écrit en langue française par un écrivain africain et publié par un éditeur basé sur le continent africain.

Bel abîme (Elyzad) a été retenu pour son « récit d’une grande force s’en tenant à l’essentiel du mot », a expliqué le jury du prix de la 4e édition du prix Orange du livre en Afrique. Yamen Manaï succède ainsi à Loubna Serraj distinguée l'an passé pour Pourvu qu’il soit de bonne humeur (La croisée des chemins, 2020). L'écrivain a déjà été distingué : prix Comar d'or 2010 pour La Marche de l’incertitude (Elyzad) et prix de la Bastide 2011 pour La Sérénade d’Ibrahim Santos (Elyzad).

La 4e édition du prix Orange du livre a reçu 57 propositions de romans provenant de 39 maisons d’édition basées dans 15 pays d’Afrique francophone. Une présélection de 6 romans avait été faite par des comités de lecture.

À propos du livre Bel abîme (Elyzad, 2021) :

  • Un jeune détenu s'adresse tour à tour à son avocat et à un psychiatre venus lui rendre visite en prison. Prenant à partie ses interlocuteurs, il affirme ne rien regretter malgré les faits graves qui lui sont reprochés. Les raisons de son crime se dévoilent progressivement : un père qui l'a humilié, la domination des plus forts, la pauvreté ou encore le mépris des animaux et de l'environnement.

Les dernières
actualités