Paris

200 personnes à la Maison de la poésie pour soutenir Asli Erdogan

Soirée de solidarité avec Asli Erdogan à la Maison de la Poésie - Photo AMÉLIE BOUTET / LH

200 personnes à la Maison de la poésie pour soutenir Asli Erdogan

Organisée parallèlement à d'autres actions dans plusieurs villes de France, une soirée de solidarité a rassemblé de nombreux professionnels du livre, lundi 12 décembre à la Maison de la Poésie, à Paris, en présence de la mère de l'écrivaine turque arbitrairement emprisonnée.

J’achète l’article 1.50 €

Par Amélie Boutet,
Créé le 12.12.2016 à 23h18,
Mis à jour le 13.12.2016 à 00h00

La soirée de solidarité avec Asli Erdogan organisée lundi 12 décembre à la Maison de la Poésie, à Paris, parallèlement à d'autres réunions et actions de soutien à Nantes, Bordeaux, Brest ou Séné (Morbihan),  a rassemblé près de 200 personnes. Elle s'est ouverte par la lecture d'une lettre de l'écrivaine et journaliste turque arbitrairement emprisonnée depuis le 16 août, écrite dans sa prison le 5 décembre, et dans laquelle elle rappelle, alors qu'environ 150 journalistes sont emprisonnés en Turquie à ce jour, que "nous devons notre existence même à la liberté d'expression".
 
La mère d'Asli Erdogan, Mine Aydostlu - Photo AMÉLIE BOUTET / LH

En présence de la mère d'Asli Erdogan, Mine Aydostlu, du directeur de la collection "Lettres turques" chez son éditeur, Actes Sud, Timour Muhidine, de la P-DG d'Actes Sud, Françoise Nyssen, de l'écrivain, traducteur et interprète turc Yigit Bener, ou encore de l'agent littéraire qui avait fondé la revue Le Serpent à Plumes, Pierre Astier, plusieurs lectures ont rythmé la soirée.

"Une maison d'édition, c'est un lieu que l'on espère de liberté, a souligné Françoise Nyssen. La parole d'Asli Erdogan existe à travers ses livres, nous devons la diffuser. Actes Sud est profondément avec elle. On l'attend".

Dans un recueil à paraître le 4 janvier sous le titre Le silence même n'est plus à toi, la maison rassemblera vingt-neuf textes de l'essayiste engagée, parus dans la presse au cours des dix dernières années et traduits par Julien Lapeyre de Cabanes.





Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités