bibliothèque

BNF : la mobilisation se prolonge

BNF, site François-Mitterrand, à Paris - Photo BNF.

BNF : la mobilisation se prolonge

Les 23 et 24 juin ont été marqués par deux nouvelles journées de grève à la Bibliothèque nationale de France (BNF). Une lettre ouverte intitulée « Madame la présidente de la BNF, votre réforme est un échec » était également parue dans le Monde lundi 20 juin.

J’achète l’article 1.5 €

Par Adriano Tiniscopa ,
Créé le 24.06.2022 à 17h45

La mobilisation du personnel, des usagers et des lecteurs se poursuit à la BNF. La décision prise par la direction, et effective depuis le 2 mai, de stopper les consultations directes le matin est toujours contestée. Une partie des personnels de la BNF se sont mis en grève jeudi 23 et vendredi 24 juin.

Le décompte du personnel gréviste n'est à ce jour pas encore vérifiable étant donné que les salariés se déclarent a posteriori. Le syndicat SUD Culture BNF a tout de même indiqué que les horaires d'ouverture de nombreuses salles de la bibliothèque ont été perturbés et de nombreux magasins fermés. L'intersyndical CGT-FSU-SUD Culture des personnels de la BNF et l'Association des lecteurs et usagers de la BNF (Alu BNF) avaient déposé un préavis de grève courant jusqu'au 31 juin. La direction a signalé hier jeudi 23 juin que huit personnes s'étaient déclarées grévistes et qu'il y avait une centaine d'absences non justifiées.

Contactée, la direction de la BNF n'a pas souhaité réagir. Elle a toutefois précisé qu'elle attendait l'avis des prochains conseils scientifique et d'administration qui se réunissent la semaine prochaine pour prendre la parole. 

Une tribune acérée dans Le Monde du 20 juin

Plus tôt dans la semaine, une tribune avait aussi été publiée dans le Monde. Signée par plus de 350 personnes, elle demande notamment le « retour aux communications directes toute la journée ».« Jusqu’en mars dernier, lectrices et lecteurs pouvaient consulter librement sur le site François Mitterrand, au rez-de-jardin, des ouvrages en communication directe toute la journée de 9 h à 17 h, ces conditions […] appartiendraient désormais au passé », explique la lettre lancée par l’Association des lecteurs et usagers de la BNF (AluBNF) et les représentants élus des usagers au conseil d'administration de la BNF. « Depuis le 2 mai, nous avons l'autorisation de commander et de consulter directement les ouvrages […] seulement durant trois heures trente, les après-midi de 13 h 30 à 17 h. Trois heures trente seulement pour accueillir les imprévus de la pensée, pour choisir les ouvrages consultés, pour lire librement les livres qu’on a besoin de lire », poursuit le collectif.

La lettre évoque également des « raisons comptables et managériales » qui ont motivé la décision qui touche les consultations directes. Laurence Engel « souhaite ouvrir un musée sur le site historique de Richelieu et un conservatoire de presse à Amiens », a rappelé le collectif signataire. La tribune dénonce aussi une baisse de 15 % du volume des effectifs au cours de la dernière décennie dont 25 % chez les magasiniers. De nombreux professeurs, maîtres de conférence, directeurs de recherche, présidentes et présidents de sociétés savantes sont signataires, tout comme plusieurs prix Goncourt : Lydie Salvayre, Éric Vuillard, ou Pierre Lemaître. « Madame la ministre de la Culture, monsieur le ministre de l’Économie et des Finances, vous devez à la France de conserver dans la plénitude de son service public, ce fleuron de la recherche et de la culture qu’est la BNF », conclut à l'adresse de l'exécutif le collectif signataire.

Les dernières
actualités