Vivendi / Lagardère

Collectif StopBolloré : un rassemblement à Paris le 18 mars

Vincent Bolloré - Photo ERIC PIERMONT / AFP

Collectif StopBolloré : un rassemblement à Paris le 18 mars

A l'appel de nombreux éditeurs et écrivains, un rassemblement s'opposant au projet de rachat de Lagardère par Vivendi, se tiendra à Paris le 18 mars. L'OPA de Vivendi sur Lagardère débutera le 14 avril

J’achète l’article 1.5 €

Par Pierre Georges ,
Créé le 08.03.2022 à 15h32

Le collectif StopBolloré, créé fin février et réunissant de nombreux auteurs et éditeurs, appelle à un rassemblement le 18 mars prochain à Paris, à la salle Olympe de Gouges (15, rue Merlin, 11e arrondissement). S'y tiendront des ateliers sur la concentration, notamment dans le monde de l'édition, à partir de 15h, puis des tables rondes à 19h, et enfin un grand meeting à 20h.

Parmi les soutiens affichés au collectif, on compte des centaines d'éditeurs, bibliothécaires, auteurs, illustrateurs, et personnalités de l'interprofession du livre. Citons, parmi tant d'autres, les éditions Au Diable Vauvert, Denis Pryen (fondateur des éditions l'Harmattan), Benoit Virot (Le nouvel Attila), les éditions du Faubourg, de l'Echiquier, MF, Trois petits points, les éditions Syllepses, les éditions du Croquant, Les Monédières, Utopia, Divergences, les éditions du Détour... De grandes plumes soutiennent également le collectif StopBolloré : Annie Ernaux, Virginie Despentes, Lionel Duroy, l'économiste Thomas Piketty ou l'historien Pierre Rosenvallon. Dans le reste de la longue liste de signataires, on retrouve des avocats, philosophes, journalistes, professeurs, sociologues, historiens, et plus largement des syndicats, associations professionnelles et autres médias. La liste complète est à retrouver à cette adresse.

« Presse écrite, radios, chaîne de télévision, maisons d'éditions de livres, agences de communication, jeux vidéo, instituts de sondage, salles de spectacle... en quelques années, Vincent Bolloré a constitué un empire médiatique tentaculaire au service de ses ambitions idéologiques réactionnaires », affirmait le communiqué du collectif anti-Bolloré lors de son lancement fin février. Ce dernier reprochait aussi à Vincent Bolloré une volonté « d'instaurer une hégémonie liberticide et antidémocratique » et une « casse sociale et un management par la terreur ». « Rien que dans le monde de l'édition, il possédera bientôt plus de 70% des livres scolaires, la moitié des livres de poche, une centaine de maisons d'édition, avec un quasi-monopole sur la distribution des livres », était-il ajouté.

L'OPA lancée

Ceci dans le cas où le projet de Vincent Bolloré de mettre la main sur le groupe Hachette (et donc d’éventuellement fusionner les activités d'Hachette et d'Editis, respectivement numéros 1 et 2 de l'édition française) arrive à passer l'examen par les Autorités de la concurrence de la Commission européenne. Ce qui est peu probable en l'état. Pour l'instant, la Commission n'a pas encore été notifiée du projet de rachat.

Vivendi a donné le coup d'envoi, lundi 21 février, de son offre publique d'achat (OPA) sur Lagardère (dont il détient déjà plus de 45%) six mois après l'avoir annoncé. Dans un document, déposé auprès de l'Autorité des marchés financiers, le groupe Vivendi, qui a relevé son offre à 25,5 euros par titre, annonce que son OPA débutera le 14 avril et s'achèvera le 20 mai 2022.

Il est probable que des remèdes soient apportés par le groupe Vivendi avant l'examen par Bruxelles. En 2002-2004, lors du rachat de Vivendi par Lagardère, l'examen par la Commission européenne, puis les « griefs » et les remèdes, avaient duré plus d'une année.

 

Les dernières
actualités