Reconfinement

Des écrivains français solidaires des libraires rebelles

Alexandre Jardin - Photo JEAN-LUC BERTINI

Des écrivains français solidaires des libraires rebelles

Alexandre Jardin a annoncé que "des écrivains français" allaient payer les amendes des librairies qui ont voulu ouvrir pendant le confinement à l'instar de la librairie cannoise Autour d'un livre, désormais menacée de fermeture administrative. Pendant ce temps, le ministère de la Culture tenait une réunion préparatoire pour avancer la date de réouverture des librairies à la semaine prochaine.

J’achète l’article 1.50 €

Par Alexiane Guchereau,
Créé le 17.11.2020 à 19h11,
Mis à jour le 17.11.2020 à 20h00

L’écrivain Alexandre Jardin a annoncé, samedi matin sur Europe 1, aux côtés d'Olivier Nora, P-DG de Grasset, puis dimanche sur les plateaux de BFMTV, que "les écrivains français seraient solidaires des libraires" et assuré que ces derniers règleraient les amendes reçues par les librairies rebelles. 
 
Le romancier Didier Van Cauwelaert s’est ainsi engagé à payer l’amende d’un montant de 135 euros reçue par la libraire Florence Kammerman, propriétaire d’Autour d’un livre à Cannes, qui avait décidé d'ouvrir malgré l'interdiction gouvernementale, soutenue par les cannois et le maire de la ville David Linsard. La police est intervenue vendredi 13 novembre, qui a conduit à une amende, et lundi 16 novembre. Désormais elle est menacée de fermeture administrative. 

"Les librairies indépendantes font vivre les auteurs. C'est grâce à eux que beaucoup se font connaitre, à nous de les défendre aujourd'hui. Nous allons donc nous mobiliser et ce sera une librairie pour un auteur. J'ai commencé mais d'autres suivent comme Alexandre Jardin ou Franz-Olivier Giesbert" a justifié sur France 3 le lauréat du prix Goncourt 1994 pour Un aller simple (Albin Michel).
 
Contacté par Livres Hebdo ce 17 novembre, Alexandre Jardin confirme de son côté "s’engager à payer la prochaine" et se réjouit que "le mouvement prenne de l’ampleur". "On a du renfort. Aujourd’hui Amélie Nothomb s’est proposée" déclare l’auteur du Zèbre (Gallimard) à Livres Hebdo. 
 
Les libraires qui auraient reçu une amende sont invités à solliciter les écrivains. Même si peu ont joué les frondeurs.

La ministre de la Culture Roselyne Bachelot a réuni mardi 17 novembre plusieurs représentants de grandes surfaces culturelles, de librairies, y compris le SLF,  et des éditeurs "pour travailler aux protocoles qui permettront, dès que possible, la réouverture des librairies" a t-elle annoncé sur Twitter. Les propositions seront examinées au Conseil de défense mercredi 18 novembre. Jusqu'ici, seul Bruno Le Maire avait confié qu'il souhaitait une réouverture de certains commerces, dont les librairies, dès la semaine prochaine, évoquant le 23 novembre. Selon les participants, le ministère travaille plutôt pour une réouverture vers le 26 ou 27 novembre, avant le délai imposé par le Premier ministre qui suggérait plutôt une réouverture le 1er décembre.





Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités