Bilan

"Dropshipping" et prix unique : le rapport 2020 du médiateur du livre dévoilé

Photo UNSPLASH

"Dropshipping" et prix unique : le rapport 2020 du médiateur du livre dévoilé

Dans son rapport 2019-2020, le médiateur du livre revient sur la pratique illicite du dropshipping et sur la charte relative au prix du livre. 

J’achète l’article 1.50 €

Par Thomas Faidherbe,
Créé le 20.05.2021 à 18h15,
Mis à jour le 20.05.2021 à 21h11

Les actions du médiateur du livre, l’autorité administrative chargée de régler les litiges au sein de la chaine du livre, ont été dévoilées mercredi 19 mai dans le rapport d'activité 2019/2020. Jean-Philippe Mochon, nommé médiateur du livre en octobre 2020, revient sur ses premières recommandations, à commencer par le dropshipping. Cette pratique, qui consiste à vendre des livres à des tarifs supérieurs à leurs prix de vente au public est "une pratique illicite" selon le médiateur. Face à ce procédé, l'ancien conseiller d'Etat avait publié en novembre 2020 une recommandation évoquant le respect du prix unique du livre neuf par les vendeurs et le statut du livre d'occasion.

Le document du médiateur du livre s'intéresse également à la charte relative au prix du livre, signée en juillet 2017 par les entreprises de e-commerce (Amazon, Fnac Darty, Cdiscount, Rakuten, Actissia club, Chapitre, Les libraires) et les organisations syndicales (SNLF, SNE, SDLC). L'ensemble des acteurs étaient tombés d'accord, à l'exception d'Amazon. La charte, divisée en cinq points, s'est accompagnée d'un comité, afin de mettre en oeuvre le texte.

De plus, le rapport d'activité s'est penché sur une nouvelle problématique : celle de la gratuité des frais de livraison dans le cadre d'un programme de fidélisation. Les sites de vente en ligne, notamment Amazon,  proposent parfois des programmes de fidélité sans préciser la mise en place d'abonnement payant. De fait, les consommateurs se retrouvent contraint de payer. Pour le Syndicat de la librairie Française (SLF), les supports de communication des sites en lignes peuvent "induire en erreur les consommateurs"

Des interventions multiples 

Tout au long des trois années de son mandat, le médiateur du livre intervient lors de procédures pouvant donner lieu à des recommandations ou des auditions. Entre juillet 2019 et juillet 2020, la médiatrice, Sophie-Justine Lieber a participé à deux procédures. L'une concernait un éditeur privé qui vendait ses livres à des prix supérieurs au prix de vente au public. L'autre, une société spécialisée dans la distribution de livres scolaires.

Dans le cadre de la charte, le médiateur du livre souhaite "l'élargissement à de nouvelles parties signataires", pour qu'elle puisse s'appliquer à "l'ensemble des lieux de vente du livre".
 

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités