Politique

Franck Riester ne se prononce pas sur le livre

Franck Riester sur France Inter

Franck Riester ne se prononce pas sur le livre

Interrogé pour la première fois depuis le début de son mandat, le ministre de la Culture s'est exprimé sur les crédits du ministère pour l'année à venir, sur la réforme de l'audiovisuel et la situation du cinéma français, mais n'a rien dit sur le livre.

J’achète l’article 1.50 €

Par Isabel Contreras,
Créé le 23.10.2018 à 12h33,
Mis à jour le 23.10.2018 à 17h53

"Honoré" de sa nouvelle responsabilité, Franck Riester, qui a succédé le 16 octobre à Françoise Nyssen au ministère de la Culture, s'est exprimé pour la première fois le 23 octobre dans la matinale de France Inter. S'il ne s'est pas prononcé sur le livre, il a toutefois confirmé "les priorités" du quinquenat en matière culturelle. Alors que 85% des crédits ont déjà été alloués au ministère pour l'année à venir "le choix est fait d'appuyer sur le patrimoine et l'entretien du patrimoine", a t-il rappelé en citant les travaux prévus, et controversés, au Grand Palais et au château de Villers-Côtterets.

L'audiovisuel public

A la commission de la culture de l'Assemblée nationale depuis douze ans, Franck Riester est revenu sur le projet de régulation de l'audiovisuel public. "On a un vrai besoin d’audiovisuel public: en matière d’information, de divertissement, de création, il faut que l’on dote la France d’un dispositif modernisé qui mobilise ses moyens sur les contenus et les programmes plutôt que sur la logistique", a rappelé celui qui a déjà appuyé l'idée d'une "BBC à la française" avec France Télévisions et Radio France réunies sous la même bannière.

Le cinéma français

A propos du cinéma français, le ministre a été interrogé sur les inquiétudes de la profession, en négociations en ce moment avec le groupe Canal+. "A court terme, il y a les discussions qui sont conduites entre les éditeurs de TV dont Canal+ et les producteurs de contenu audiovisuel et les exploitants de salles de cinéma, ce qu'on appelle la chronologie des médias, [...] et qui doivent évoluer. [...] Cette réglementation doit changer avec l’évolution des usages. [...] Je reste optimiste [sur le fait que Canal+] prenne ses responsabilités si cela n'était pas le cas, à ce moment-là la loi pourra trancher", a t-il expliqué.

Le livre

Sur le livre, le ministre ne s'est pas exprimé concernant les chantiers imminents, à savoir la nomination du prochain président du Centre national du livre, qui devrait être annoncée cette semaine. Il a juste reconnu qu'il n'avait "pas encore" lu Patrick Modiano mais défendu son goût pour la lecture en citant son dernier coup de cœur, Retour à Lemberg de Philippe Sands, paru à la rentrée chez Albin Michel.
 

 

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités