Sept éditeurs en forme

Hugo et Cie, la passion paye (4/7)

Chez Hugo & Cie

Hugo et Cie, la passion paye (4/7)

Chaque mercredi pendant l'été, Livres Hebdo présente un éditeur français parmi ceux dont le chiffre d'affaires a particulièrement augmenté au cours de l'année passée. Cette semaine, place au groupe Hugo et Cie, 4e au palmarès des plus fortes croissances 2015 établi par Livres Hebdo.

J’achète l’article 1.50 €

Par Marine Durand,
Créé le 27.07.2016 à 16h54,
Mis à jour le 27.07.2016 à 18h32

Dans le secteur du livre, il suffit parfois de laisser parler les nombres. Entre 2014 et 2015, le chiffre d'affaires de Hugo et Cie (regroupant Hugo Publishing et "l'éditeur d'événements" Hugo Events) est passé de 15,3 millions à près de 29 millions d'euros. Un bond spectaculaire (+ 89,5%) qui place ce groupe familial, 17e du classement des 200 premiers éditeurs français à égalité avec Dunod et Magnard Vuibert (voir numéro 1091 du 24 juin), à la 4e place du top 20 des éditeurs ayant enregistré la plus forte croissance en 2015.

Les raisons de la croissance :

Sans réelle surprise, le phénomène After d'Anna Todd (2 millions de ventes en France), qui a permis au label "Hugo Roman" de prendre la position de leader sur le marché de la romance, est pour beaucoup dans cette réussite. Mais les cinq tomes de cette fan-fiction épicée, publiés entre janvier et mai 2015, ne sont pas les seuls atouts de la maison, fait valoir Isabelle Hazard, directrice générale du groupe Hugo Publishing qui comprend les maisons d'édition Hugo, Blanche, Editions retrouvées et Chiflet et Cie.

"La New Romance dans son ensemble a été porteuse, avec notamment la suite de la saga Beautiful Bastard de Christina Lauren, mais aussi le segment des millésimés, avec nos agendas, calendriers et éphémérides". Le sport, troisième pilier de Hugo, la locomotive du groupe, a également enregistré de beaux résultats grâce aux titres de la licence Thalassa, lancée pour les 40 ans de l'émission de télé, ou au témoignage anonyme Je suis le footballeur masqué, qui a dépassé les 30 000 exemplaires vendus.

Si 2015 a été l'année des records, 2016 se révèle être celle de la stabilisation. La production se maintient à 350 titres par an avec une consolidation des basiques - "nous continuons à mettre l'accent sur la new romance, en suivant nos auteurs, en dénichant de nouvelles plumes comme Elle Kennedy, et en misant sur le premier Festival de la New Romance, qui accueillera 25 auteurs américains fin septembre", relève Isabelle Hazard - et une attention toujours forte portée au digital et aux réseaux sociaux.

Attentifs à l'air du temps et à la diversification de la production, les dirigeants ont également lancé cette année deux labels prometteurs, axés sur le polar et sur le "mieux-vivre". Mais selon Isabelle Hazard, le secret de la réussite est ailleurs : "Il y a chez Hugo une belle dynamique, et beaucoup d'envie et de positivisme. La vraie force de l'entreprise ce sont les talents qui la composent."

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités