Bibliothèque

Interview : Leslie Weir, future présidente de l'Ifla

Leslie Weir, Directrice de la Bibliothèque et Archives du Canada et présidente de l'Ifla en 2025-2027. - Photo DR

Interview : Leslie Weir, future présidente de l'Ifla

La majorité des quelque 1600 membres de la Fédération internationale des associations et institutions de bibliothèques (Ifla) ont choisi leur nouvelle vice-présidente, qui deviendra présidente en 2025. Entretien avec la sympathique Canadienne choisie, Leslie Weir, bibliothécaire et archiviste.

J’achète l’article 1.5 €

Par Fanny Guyomard,
Créé le 16.06.2023 à 22h53

Directrice de la Bibliothèque et Archives du Canada et longtemps membre du comité de gestion et de marketing à la Fédération internationale des associations et institutions de bibliothèques (Ifla), Leslie Weir vient d'en être élue vice-présidente, et en deviendra présidente en 2025. Elle a répondu à nos questions. 

 

Livres Hebdo : Quels vont être vos premiers chantiers ?

Leslie Weir : En attendant de devenir présidente en 2025, pour deux ans, je vais travailler étroitement avec la présidente Barbara Lison et sa successeur fin août, Vicky McDonald. Je vais aussi faire la connaissance de la nouvelle secrétaire générale de l'Ifla, Sharon Memis, actuellement responsable de l’Association des Universités du Commonwealth.

Où en est la crise interne à l’encontre de l’ancien secrétaire général, Gerald Leitner, accusé de harcèlement ?

Je suis loin de tout cela. Il y a eu des investigations. L’Ifla a négocié une entente avec lui, et il a quitté l’organisation. Maintenant, tout le monde veut aller de l’avant.

Qu’allez-vous défendre à votre nouveau poste ?

L’importance de donner accès à l’information et à comprendre les histoires de tout le monde, pour débattre dans le respect. En démocratie, ne pas connaître des opinions différentes peut être dangereux. Les bibliothèques ont un rôle à jouer dans cet accès à l’information, dans l’éducation et le traitement égal de toutes les personnes.

Vous allez également plancher sur la circulation de l’information au sein de l’Ifla…

Sous ma direction, nous allons créer des canaux de communication qui permettront aux membres de partager, auprès du conseil d'administration de l'Ifla, leurs réflexions, initiatives et propositions. On ne veut pas de situation où les leaders diffusent des messages mais n’entendent pas. Cette transparence est cruciale. Comme la participation de toutes les régions : on essaie d’impliquer des personnes partout dans le monde. On va par exemple créer, dans plusieurs pays, des rassemblements de personnes qui vont suivre ensemble le Congrès en vidéo, et débattre ensuite dans leur groupe.

Vous êtes présidente du comité qui planifie le programme de cette année. Le Congrès accordera-t-il une place particulière à l’intelligence artificielle, et notamment au robot conversationnel ChatGPT ?

Il y aura en effet de nombreuses discussions autour de l’IA. Le groupe des bibliothèques nationales voit par exemple comment l’IA peut accélérer le processus du dépôt légal. On va également travailler ensemble sur les outils qui permettront d’identifier les modifications de contenus, les faux documents ou images. A la Bibliothèque du Canada, nous développons un système permettant de voir quand, comment et par qui un document a été modifié, et de retrouver le document original. Ce n’est pas facile à faire !

 

Crise à l'Ifla

Les dernières
actualités