Bilan 2020

La production de papier chute en 2020

Imprimerie Bussière - Photo OLIVIER DION

La production de papier chute en 2020

Production en baisse, tension sur les tarifs de certaines matières premières, secteurs structurellement en baisse: l'industrie du papier et du carton a subi de plein fouet la crise sanitaire de 2020.

J’achète l’article 1.50 €

Par Vincy Thomas,
Créé le 01.04.2021 à 11h55,
Mis à jour le 02.04.2021 à 00h27

La Copacel, Union française des Industries des cartons, papiers et celluloses, tire un bilan très mitigé de l'année 2020. Au final la production a reculé de 6,1% en volume et de 12,7% en valeur (4,7 milliards d'euros). La France décroche par rapport à ses voisins et a perdu plus de 20% de sa production en vingt ans.

L'édition freine la chute des papiers graphiques

Le monde de l’édition « papier » a plutôt bien résisté et affiche un très faible recul de ses ventes par rapport à 2019. En revanche, certains marchés fléchissent comme la presse (sauf la presse quotidienne nationale et la presse professionnelle). Les papiers graphiques (qui regroupent l'ensemble de ces segments) ont ainsi poursuivi leur recul en Europe en 2020 (- 18 % par rapport à 2019). Dans ce contexte, la production française de papiers graphiques a également massivement baissé en 2020 (- 26,7 %), "en raison de la baisse structurelle occasionnée par les changements d’usage, de l’effet de la pandémie de COVID-19, et de l’arrêt d’une unité de production de papier journal (Chapelle Darblay) au cours de la première moitié de l’année".

Tensions sur les prix à prévoir

La forte baisse de la demande interne et des exportations ont fait pression sur le niveau des prix, qui ont reculé en 2020. La tendance baissière des prix des principales sortes de papiers graphiques entamée en fin 2019 s’est donc poursuivie durant 2020, réduisant le niveau des prix de 8 % en moyenne par rapport à 2019. Pourtant, dans d'autres secteurs, les matières premières fibreuses et la pâte de cellulose ont surtout connu une forte hausse de leur prix, entraînant une inflation pour le produit final. Et la reprise de l'activité économique pourrait entraîner des tensions tarifaires dans les prochains mois...

Cependant, le syndicat veut croire à une tendance plutôt favorable pour son secteur, enregistrant une hausse de la consommation pour différents segments de produits comme l'utilisation de papiers bureautiques liée au retour plus large des salariés sur leur lieu de travail, l'augmentation de la publicité imprimée, etc. Par ailleurs, "le goût des consommateurs pour les biens manufacturés issus de ressources renouvelables et facilement recyclables nourrit une sympathie naturelle en faveur des produits fibreux" indique la Copacel, qui voit aussi de nouveaux marchés s'ouvrir avec l'évolution de la règlementation pour restreindre la consommation des articles en plastiques à usage unique.

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités