Dictionnaires

Larousse rend hommage à son fondateur

Larousse rend hommage à son fondateur

Présentée lundi 29 mai, l'édition 2018 du Petit Larousse illustré commémore le bicentenaire de la naissance de Pierre Larousse et accueille de nouvelles entrées comme ubérisation, phablette ou spoiler.

J’achète l’article 1.50 €

Par Hervé Hugueny,
Créé le 29.05.2017 à 18h10,
Mis à jour le 29.05.2017 à 19h00

"200 ans - Edition bicentenaire" proclame le nouveau Petit Larousse illustré, en hommage au fondateur de la maison, Pierre Larousse, né en Bourgogne à Toucy, le 23 octobre 1817, et dont le portrait figure au centre de la couverture. Millésimé 2018, suivant une tradition qui remonte à 1905, année de la première édition du PLI, le volume, présenté lundi 29 mai par l'éditeur et mis à l'office du 21 juin, s'ouvre sur la notice que Pierre Larousse avait vraisemblablement écrite sur lui-même, dans son Grand dictionnaire universel du 19e siècle, qui est l'œuvre de sa vie.
 
Préfacée par Bernard Cerquiglini, linguiste et conseiller de l'ouvrage, dont il sélectionne en dernier ressort les quelque 150 mots et sens nouveaux ajoutés chaque année, le PLI 2018 est parrainé par Jean-Christophe Rufin. Médecin, ancien président d'Action contre la faim, ambassadeur de France au Sénégal et en Gambie (2007-2010), entre autres nombreuses fonctions, académicien, l'écrivain prix Goncourt 2001 (Rouge Brésil, Gallimard) entre également dans le dictionnaire, au côté d'une cinquantaine d'autres personnalités - d'Olivier Assayas, cinéaste, à Michel Winock, historien et éditeur (au Seuil), en passant par Aurélie Dupont, danseuse étoile de l'Opéra de Paris, Nikola Karabatic, handballeur, ou encore Alain Mabanckou, écrivain.

150 mots entrants 

"Je revendique une certaine prudence dans l'introduction des nouveaux mots" explique Bernard Cerquiglini, en citant Cocteau : "la mode, c'est ce qui se démode". Les 150 entrants sont sélectionnés dans un corpus de 450 mots et expressions relevés au cours de l'année par les lexicographes de Larousse, en observation constante de la langue. Internet fournit un très bon outil permettant de mesurer l'intensité d'un nouvel usage, qui doit aussi être repris ailleurs que dans son milieu d'origine pour décrocher son ticket d'entrée.
 
Ubérisation, phablette, hipster, souplex, écosystème, disruption, se font ainsi une place parmi les 63 200 mots et 125 000 sens de cette édition, qui reconnaît aussi spoiler, en attente depuis de quelques années : les anglicismes font toujours figure d'intrus parmi les linguistes français, "mais l'anglais contient près de 40% de mots d'origine française, qui nous sont parfois retournés avec un autre sens", rappelle Bernard Cerquiglini. En l'occurrence, "spoiler" a la même racine que le français "dépouiller", selon l'Académie française, également éditrice d'un dictionnaire de langue.
 
Le PLI 2017 introduit aussi le "droit à l'oubli", que le dictionnaire ne s'autorise que rarement pour les mots de son corpus, parfois retirés à l'occasion des grandes révisions, tous les douze à quinze ans. Mêmes si certains mots ne sont plus utilisés dans la langue quotidienne, ils figurent toujours dans des textes et leur définition reste utile, insiste Bernard Cerquiglini. La version papier donne aussi accès à une version sur Internet plus étoffée (80 000 mots), complétée de dossiers encyclopédiques et de quizz d'orthographe et de culture générale.
 
Un beau livre en octobre

Cette commémoration sera accompagnée d'un beau livre à paraître en octobre chez Larousse, qui reprendra des articles du Grand dictionnaire universel du 19e siècle, souvent engagés et pleins d'une truculence bannie des éditions ultérieures, au nom de l'objectivité revendiquée ensuite par ces ouvrages de référence.
 
La maison espère que l'événement, soutenu par une campagne de communication dans la presse, lui permettra de renouveler les bonnes performances de l'année dernière, qui s'est révélée plutôt favorable se félicite Carine Girac-Marinier, directrice du département dictionnaire et encyclopédies. "Les ventes du dictionnaire et des versions parascolaires ont été bonnes, et ont compensé le repli des bilingues" explique-t-elle.

Selon le bilan tout juste publié, Larousse a réalisé l'an dernier un chiffre d'affaires de 62 millions d'euros, en hausse de 3,4%, et un bénéfice net de 1,97 million d'euros (+4,71%).  Le marché des dictionnaires reste toutefois fragile, et la maison a entrepris une diversification importante dans le pratique, la cuisine et plus récemment le document.
 

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités