Crise sanitaire

Le monde du livre réclame un soutien financier aux gouvernements

Photo READING AGENCY.

Le monde du livre réclame un soutien financier aux gouvernements

L’industrie mondiale du livre se mobilise à l’occasion de la Journée mondiale de la lecture, ce 23 avril, pour demander aux gouvernements un soutien financier afin d'assurer sa survie pendant la crise sanitaire et économique actuelle. 

Par Alexiane Guchereau,
Créé le 23.04.2020 à 09h00,
Mis à jour le 23.04.2020 à 11h41

En cette Journée mondiale de la lecture et du droit d'auteur, associations internationales d'auteurs, libraires et éditeurs internationaux ont "exhorté" les gouvernements du monde entier à "reconnaître, promouvoir et célébrer l’importance des livres, des solutions d’apprentissage ainsi que des contenus professionnels et universitaires".

La Fédération européenne et internationale des libraires (EIBF), le Forum international des auteurs (AEF), la Fédération internationale des sociétés de droits de reproduction (IFFRO), l'Union internationale des éditeurs (UIE/IPA) et l'Association internationale des éditeurs scolaires (STM) réclament, afin de parvenir à leurs objectifs, des plans de relance économique pour soutenir l'ensemble du secteur
 
Après avoir rappelé le "rôle vital" que jouent les livres dans la société, et ce en particulier pendant la pandémie, les signataires ont redéfini la fonction de chaque professionnel au sein de la chaîne du livre, des lecteurs aux auteurs, avant d'attirer l'attention des gouvernements sur la "menace imminente" à laquelle ils sont confrontés. 

Solidarité

"Les livres ont besoin d’auteurs pour les écrire et les illustrer, d’éditeurs pour investir sur ces œuvres, de libraires pour les faire parvenir jusqu’aux lecteurs et d’organismes de gestion collective pour protéger les droits d’auteur", écrivent les signataires

"Qu’il s’agisse de livres grand public, de livres pour enfants, de ressources éducatives ou de recherche scientifique, les auteurs, les éditeurs, les distributeurs, les libraires et les organisations de gestion collective de droits d’auteur ont réagi rapidement pour s’adapter, là où c’était nécessaire, et jouer un rôle responsable au sein de la société
", rappellent-ils.

Mais aujourd'hui, l'avenir de l'industrie du livre est en jeu. "Nous devons trouver des moyens d’assurer l’avenir des auteurs, des éditeurs, des rédacteurs, des graphistes, des diffuseurs, des libraires et des organismes de gestion collective", expliquent les auteurs du courrier, pour permettre au secteur de rebondir. 

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités