Budgets

Les trois projets du CNL pour la lecture, "Grande cause nationale"

Régine Hatchondo, présidente du CNL. - Photo Olivier Dion

Les trois projets du CNL pour la lecture, "Grande cause nationale"

Le Centre national du Livre a dévoilé ses axes de travail pour la lecture "Grande cause nationale". La veille, le conseil d’administration a alloué un budget de 5 millions d'euros pour des masterclasses, des résidences d'auteurs auprès du jeune public, ainsi que plusieurs partenariats avec des associations.

J’achète l’article 1.5 €

Par Dahlia Girgis ,
Créé le 25.11.2021 à 11h32

"La Grande cause nationale pour la lecture doit être un feu d’artifice et couronner une année exceptionnelle pour le livre", lance la présidente du Centre Nationale du Livre (CNL), Régine Hatchondo, dans son bureau parisien ce mercredi 24 novembre. La veille, le conseil d’administration a voté le budget consacré à la Lecture "Grande cause nationale". En partenariat avec Matignon, le CNL consacre près de 5 millions d’euros au développement de la lecture en France, notamment pour les publics empêchés et éloignés. "Nous voulons toucher tous les Français, quel que soit leur âge ", précise la présidente du CNL. Il s'agit d'un tournant dans la politique de l'institution qui cible plus précisément dans son budget 2022 la lecture et les auteurs.

L'établissement a noué plusieurs partenariats avec l’Education nationale et des associations pour mener à bien cette ambition. Une campagne de communication, d’environ 1 million d'euros, sera lancée en janvier avec pour slogan "Je lis comme je veux".

Par ailleurs, le CNL va réorienter une partie du solde restant du Plan de relance pour les acquisitions en bibliothèques, soit 1,5M€ qui sera prioritairement dédié aux bibliothèques départementales et celles en milieu rural pour faciliter la circulation des livres en territoires éloignés.

De plus, l'organisme inclut dans son programme et ses lignes budgétaires de grands événements festifs comme les "Nuits de la lecture" et "Partir en livre", mais aussi des commémorations (Flaubert et Baudelaire).

Le reste de l’enveloppe budgétaire se répartit en trois axes :
 
  • Des masterclasses d’auteurs dans les établissements scolaires - 250 000 euros 

Le CNL souhaite développer des masterclasses d’auteurs auprès des collégiens et lycéens. L'opération s’inscrit dans l’élargissement du Pass Culture dès janvier 2022 et notamment la "part collective" de 25 à 30 euros donnée aux établissements scolaires. L’auteur est invité pendant une heure à rencontrer des élèves pour parler de son univers, de son livre ou même sur ses goûts littéraires. Un appel à projet du CNL sera lancé la semaine prochaine auprès de tous les auteurs par le biais des éditeurs et représentants d’auteurs. L’offre sera formatée sur l'application du Pass culture via l'espace enseignant Adage.

Le CNL veut être "l’opérateur administratif". Une fois les candidatures reçues, il fera la sélection, l’organisation et la répartition selon les calendriers et régions. Dans un "rôle de facilitateur", il organise en amont la rencontre entre l’auteur et l’enseignant à travers un webinaire, ainsi que la rémunération des auteurs. Le tarif traditionnel de La Charte, 274 euros, sera appliqué. L’auteur doit avoir été édité et avoir une expérience dans le monde scolaire, même si ce dernier point n’est pas éliminatoire. L'objectif est d’augmenter la présence des auteurs dans les établissements scolaires.
 
  • Des résidences d’auteurs dans les établissements scolaires et ailleurs - 500 000 euros

Le CNL propose d'accompagner des résidences d’auteurs dans les collèges et lycées (environ 100). Un projet sur le long terme, à hauteur de 3 à 6 séances, pour construire avec des élèves des ateliers d'écriture, de lecture à voix haute ou bien échanger sur la construction du récit. Le rectorat sélectionne un lieu de résidence dans chaque département et le CNL accompagne les auteurs. Par rapport au dispositif en place, les critères de sélection ont été assouplis afin que les auteurs puissent faire une résidence dans leur propre région.

L'offre sera étendue aux colonies de vacances apprenantes (environ 50). Là encore, des webinaires seront organisés en amont entre les auteurs, animateurs et directeurs de colonie. Déjà testé lors de l’édition précédente de Partir en livre, le dispositif pourrait démarrer dès les prochaines vacances de Pâques. A terme, le CNL ambitionne d'étendre ces résidences dans les fédérations de club sportif ou encore dans les entreprises. "Nous voulons nous glisser partout", explique Régine Hatchondo, qui prévoit des rencontres avec les patrons et les syndicats.
 
  • Un soutien approfondi aux acteurs associatifs du livre  - 1,5 million d’euros

Le CNL veut également toucher un public plus large à l'aide de plusieurs acteurs associatifs. Six associations - Bibliothèques sans frontières, Silence on lit, Agence quand les livres relient, SOS culture, le SLPJ et Lire pour en sortir - sont pour l’instant partenaires. Chaque action vise un public particulier. Pour BSF, une nouvelle "Ideas Box" à Villeurbanne et un renforcement du dispositif à Marseille seront développés en parallèle d’une opération "Mon sac de livre" : 1 000 sacs de livres seront donnés à 1 000 enfants réfugiés. Du côté de la jeunesse, la littérature sera promue dans les salles d’attente des parloirs avec Lire pour en sortir et un robot humanoïde doté d'une IA est lancé avec le SLPJ auprès d'un public empêché par des troubles autistiques.  

Le CNL souhaite également développer les lectures à voix haute avec "Les petits champions de la lecture" et "si on lisait à voix haute", le concours de François Busnel. Des lectures sont également proposées dans des centres de Protection maternelle et infantile (PMI) avec l'Agence quand les livres relient et dans des EHPAD avec le groupe SOS culture. Le CNL s'appuie aussi sur l'association Silence on lit pour généraliser l'opération un "quart d’heure de lecture"dans les écoles et entreprises.

"D'autres associations se rajouteront" précise Régine Hatchondo. Le CNL veut ainsi servir de levier financier en partenariat avec les collectivités et associations.
 

Les dernières
actualités