Recycler le livre pour recycler le monde : l’apport des bibliothèques (1/2) | Livres Hebdo

Bibliothèques au présent

Yves Desrichard

Yves Desrichard est bibliothécaire depuis plus de 35 ans, l'occasion de nourrir le regard sur l'actualité quotidienne des bibliothèques d'un apport historique pouvant éclairer les enjeux et les évolut ions des établissements et des réseaux. Auteur, entre autres, d'"Administration et bibliothèques" et, plus récemment, de "Cinquante ans de numérique en bibliothèque", tous les deux publiés au Cercle de la Librairie, il a aussi été rédacteur en chef du "Bulletin des bibliothèques de France". lire la suite

Il y a 2 semaines 3 jours Economie circulaire

Recycler le livre pour recycler le monde : l’apport des bibliothèques (1/2)

Entrepôts de Recyclivre

La récupération, le recyclage, ce qu’on qualifie d’économie circulaire, a le vent en poupe, et le « jetable à usage unique » est en passe de devenir le nouvel épouvantail du politico-écologiquement correct.

Dans un long article publié dans son édition du 30 août dernier[1], le journal Le Monde rend compte du succès croissant des entreprises spécialisées dans la vente de livres d’occasion. L’article est illustré par une photo des entrepôts de Momox, entreprise allemande et leader européen du domaine, qui semble n’avoir rien à envier par leur gigantisme ni aux magasins des plus grandes bibliothèques du monde, ni à ceux des grandes entreprises de distribution de livres neufs.
 
La vente de livres d’occasion existe depuis longtemps, mais, dans ce domaine comme dans tant d’autres, Internet a révolutionné la donne, fragilisant le réseau des librairies d’occasion, et homogénéisant les prix en permettant des comparatifs entre vendeurs qui rendent de plus en plus difficile de dénicher « la perle rare » dont le vendeur ignorerait la valeur - hors les cas, répandus, d’acquisitions à titre affectif – et, accessoirement, le risque inverse.

Economie circulaire
 
Ces autres vies du livre, qu’on ne retrouve pas pour tous les produits manufacturés, tiennent pour part, et un peu mystérieusement, à ce que - et ce n’est pas un mince paradoxe dans nos temps de catastrophe climatique - on jettera avec moins de remords une machine à laver, ou un magnétoscope, qu’un livre – alors même que l’empreinte écologique des deux premiers cités est beaucoup plus désastreuse pour l’environnement que celle du dernier, comme si la complexité technologique des deux premiers, fruit de l’ère industrielle, ne pesait pas lourd par rapport à la simplicité de fabrication, mais plusieurs fois centenaire, du dernier.
 
La récupération, le recyclage, ce qu’on qualifie d’économie circulaire, et qui semble avoir succédé à la notion de développement durable comme nouveau paradigme rassurant sur l’avenir de la civilisation humaine, a le vent en poupe, et le « jetable à usage unique » est en passe de devenir le nouvel épouvantail du politico-écologiquement correct. A cet égard, la deuxième vie, et plus si affinités, d’un livre papier, s’inscrit parfaitement dans l’air du temps, même si elle risque de mettre en péril une industrie qui, elle, ne peut pour l’instant compter que sur le premier usage pour se financer – et même s’il faudrait, pour être vraiment vertueux, inclure dans cet heureux paradigme les coûts environnementaux de la gestion et du transport de ces produits[2].

Désherbage
 

Comme le montre l’article du Monde, en reprenant l’exemple d’un livre récent qu’on passera charitablement sous silence, le coût d’un livre d’occasion peut n’avoir aucun rapport avec le coût d’un livre neuf, essentiellement, bien sûr, à la baisse. Le livre d’occasion connaît les même phénomènes que les livres acquis en bibliothèque, avec la problématique bien connue de l’achat en nombre de livres ayant obtenu des prix littéraires, les best-sellers qui ne survivent que l’été de leur parution ou, même, les « livres d’une semaine », promus à la faveur d’une acmé médiatique et dont l’usage, en peu de temps, passe de la surréservation à l’abandon pur et simple. Les prix affichés, sur les sites web des grands distributeurs de livres d’occasion, par des titres relativement récents, devraient inciter – comme les bibliothèques le suggèrent depuis longtemps – auteurs, critiques littéraires et journalistes à un peu plus d’humilité, et à un peu moins d’enthousiasme plus ou moins intéressé. Il serait d’ailleurs passionnant de savoir quels sont les livres d’occasion (par auteur, par genre, par catégorie,…) qui se vendent le mieux, et il y aurait, sans doute, des enseignements à en tirer pour les établissements documentaires pour ce qui est de la gestion de leurs collections.
 
On sait que les bibliothèques, désormais de tous types, ont aussi développé avec grand succès la vente de livres et d’autres documents destinés au désherbage (en gros, à la destruction), une fois résolus les délicats problèmes juridiques et moyennant une communication adaptée, permettant d’éviter (dans une certaine mesure) le reproche des contribuables d’avoir à payer individuellement pour une acquisition faite avec le fruit de leurs impôts. On sait aussi que les bibliothèques achètent, elles-mêmes, des livres d’occasion[3].

(à suivre)
  • (1) [1] https://www.lemonde.fr/economie/article/2019/08/30/les-livres-d-occasion-tourmentent-le-marche-de-l-edition_5504311_3234.html (accès réservé aux abonnés).
  • (2) [2] Coûts qui, l’auteur en témoigne, peuvent être supérieurs au coût du produit lui-même…
  • (3) [3] On lira avec profit, sur ce point comme sur l’ensemble du marché du livre d’occasion, le remarquable mémoire d’enssib de Trevor Garcia : « Le marché du livre d’occasion : changements et perspectives », disponible sur la bibliothèque numérique de l’enssib.
close

S’abonner à #La Lettre