Etude

Un bilan 2020 en demi-teinte pour les libraires

Librairie L'Utopie (Paris 11e) - Photo ©OLIVIER DION

Un bilan 2020 en demi-teinte pour les libraires

Malgré une fréquentation jugée "exceptionnelle" en librairie après les deux périodes de confinement, l’activité reste limitée et le chiffre d’affaires est en baisse.
 

J’achète l’article 1.50 €

Par Alexiane Guchereau,
Créé le 05.01.2021 à 16h02,
Mis à jour le 06.01.2021 à 12h02

Le Syndicat de la librairie française (SLF) dresse dans un communiqué un "bilan en demi-teinte" pour la profession au cours de l'année 2020. Si les libraires peuvent se réjouir d’une hausse de la fréquentation en juin, qui a bondi de 32% par rapport à 2019, et en décembre (+35%), ils déplorent aussi une baisse sensible du chiffre d’affaires en mars, en avril ou en novembre, selon des chiffres de l’Observatoire de la librairie française qui regroupe 368 librairies pour une chiffre d'affaires consolidé de 390 millions d'euros. L'activité globale de la profession affiche un recul de 3,3% en 2020 par rapport à l'année précédente. 
 
"La bonne résistance de l'activité des librairies ne doit pas masquer des situations préoccupantes", souligne le SLF. Selon les chiffres publiés par le syndicat, "une librairie sur cinq accuse une baisse de chiffre d'affaires supérieure à 10%. Le collectif observe également que plus le chiffre d’affaires annuel est important, plus il se rétracte. Ainsi, les librairies qui génèrent en moyenne plus de 4M€ de CA subissent une baisse moyenne de plus de 9% en 2020".

Augmentation des ventes pour trois segments
 
Représentant près de la moitié des ventes, seuls trois segments parviennent à voir leur ventes augmenter: la littérature, le rayon pratique et la bande dessinée. Tous les autres secteurs subissent une chute des ventes. Parmi eux, le tourisme, le livre d'art et le rayon universitaire accusent une baisse "directement imputable à la crise sanitaire", souligne le SLF. Le syndicat note également une baisse des achats des bibliothèques "supérieure à 5%". 

Les librairies ont été considérées comme "commerces non essentiels". Pendant le deuxième confinement, elles ont remis en place un système de "clique et collecte" et de vente en ligne avant de finalement pouvoir rouvrir le 28 novembre. Elles ont pu profiter pleinement de la vague d'achats de la période de Noël, période importante pour les libraires. "Décembre représente 17% du chiffre d’affaires et quoi qu’il arrive, le drive ne comblera pas la perte", avait confié dans Livres Hebdo Jean-Michel Blanc, patron de la librairie Ravy. De nombreuses voix, dont le SLF, s'étaient élevées pour demander leur réouverture. En vain. 
 

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités