Journal du confinement

Amaël Dumoulin : "les usagers nous manquent et nous leur manquons"

Amaël Dumoulin, directrice des bibliothèques de Dunkerque, en confinement début avril 2020 - Photo DR.

Amaël Dumoulin : "les usagers nous manquent et nous leur manquons"

Vingt-deuxième  épisode du « Journal du confinement » de Livres Hebdo, rédigé à tour de rôle par différents professionnels du livre. Aujourd'hui Amaël Dumoulin, directrice des bibliothèques de Dunkerque, qui accueillera le 66e congrès de l'Association des bibliothécaires français (ABF), du 29 au 31 octobre prochain.

Par Fabrice Piault,
Créé le 10.04.2020 à 18h00,
Mis à jour le 10.04.2020 à 18h00

« Etre directrice d’un réseau de bibliothèques en télétravail n’a rien de facile ni de reposant, il faut faire avec les moyens du bord. Seule une moitié de l’équipe télétravaille, l’autre ne le peut pas pour des raisons techniques ou familiales. Aussi, certains collègues n’ont aucune possibilité de transposer leurs missions en confinement mais certains travaillent en soutien des équipes mobilisées pour assurer la continuité des services essentiels à la population. Personnellement, je travaille à animer l’équipe de direction au grand complet, à maintenir le lien avec un maximum d’agents, à rassurer, prendre des nouvelles, conseiller et prioriser le travail. J’assure aussi, avec d’autres, le lien avec les directions et les services support habituels.


Après avoir consacré les premiers jours à nous organiser, on peut dire que le vaisseau vogue à présent, sans usagers palpables. Des échos de leur présence discrète et lointaine nous arrivent toutefois par les réseaux sociaux, les mails ou le téléphone. Ce sont souvent des signes d’encouragement, des félicitations, des demandes d’assistance informatique pour bénéficier des services en ligne, etc. Parfois, nous recevons de poignants appels concernant des personnes très isolées, dans des situations parfois dramatiques et pour lesquelles nous tentons d’être aussi inventifs que nous nous sentons impuissants à répondre à leurs besoins. Les usagers nous manquent et nous leur manquons.

Trois membres de l'équipe touchés par la maladie
 
La maladie n’a pas entièrement épargné l’équipe, trois personnes ont été touchées, elles ont heureusement presque totalement guéri. Je me demande évidemment si elles ne sont pas tombées malades lors des derniers jours d’ouverture des bibliothèques, même si la réactivité de ma ville a été remarquable et que notre Plan de continuité d’activité a été mis en œuvre dans un temps record.
Une des choses dont je suis la plus fière est que nous ayons eu l’idée de mettre très vite au pot commun municipal les 27 PC portables habituellement dédiés au public. Une bonne partie d’entre eux sert aujourd’hui dans un centre de consultation ouvert à la hâte qui désencombre l’hôpital utilement.
 
Nous avons dû nous rendre à l’évidence tout de suite : interrompre nos commandes aux libraires et aux fournisseurs, annuler tous les événements organisés avec les partenaires, les prestataires était inévitable. Tout cela nous crève le cœur mais nous nous consolons en préparant une saison estivale flamboyante, à défaut de pouvoir fêter le premier anniversaire de notre B!B. Nous en profitons pour mettre bon ordre dans la description de nos activités, dans l’actualisation de notre documentation professionnelle, analysant, évaluant et révisant nos pratiques, ajustant notre politique documentaire de façon très transversale. Concernant l’animation des réseaux sociaux, elle est devenue entièrement collaborative et j’ai un plaisir fou en tant qu’administratrice à travailler directement avec une bonne quinzaine de contributeurs qui rivalisent d’imagination et de créativité.

Une organisation apprenante
 
Je crois pouvoir dire qu’en ce moment nous devenons "une organisation apprenante", pour reprendre un concept très à la mode. Les travaux de fond sont mieux partagés, les talents informatiques se révèlent (même chez les moins habitués ou les plus réfractaires), les conseils et les formes d’assistance mutuelle foisonnent. Hélas, cet heureux constat ne concerne qu’une partie de l’équipe puisque certains, je le rappelle, ne sont pas suffisamment équipés ou n’ont pas de compétences suffisamment larges pour travailler à domicile. J’espère donc que nous serons collectivement à la hauteur d’un enjeu majeur du déconfinement : refaire équipe, entièrement, tous ensemble.
 
Enfin, je souhaite évoquer mon activité associative au sein de l’ABF. Le congrès annuel devait se tenir cette année dans ma ville, à Dunkerque. Le programme venait d’être publié et les inscriptions ouvertes lorsque nous sommes entrés en confinement. La décision a été prise il y a quelques jours de reporter ce congrès au 29, 30 et 31 octobre, l’ABF faisant le pari de la fidélité à cet extraordinaire moment de convivialité, de découvertes et de débats. Nous, nordistes qui avions vendu un congrès sur le sable, les pieds dans l’eau, il nous faudra désormais vanter les mérites des premières tempêtes et la poésie des immenses plages de sable désertes afin attirer un monde fou vers notre septentrion. »
 
 Et vous ? Racontez-nous comment vous vous adaptez, les difficultés que vous rencontrez et les solutions que vous inventez en écrivant à: confinement@livreshebdo.fr

Commentaires (0)

Espace réservé aux abonnés

Livres Hebdo a besoin de votre voix. Nous apprécions vos commentaires sur le sujet, vos critiques et votre expertise. Les commentaires sont modérés pour la courtoisie.

Connectez-vous Pas encore abonné ? Abonnez-vous

On vous
RECOMMANDE

Les dernières
actualités